Immatriculations : malgré l’absence de bonus, l’hybride progresse

Publié le 01 février 2018 à 11h00 | Fabrice SPATH | 3 minutes

Malgré la suppression du bonus, les ventes de véhicules hybrides progressent à un rythme soutenu

Malgré la suppression du bonus, les ventes de véhicules hybrides progressent à un rythme soutenu

Malgré l’absence d’aide directe à l’achat, le marché du véhicule hybride se porte à merveille. Après avoir progressé de 40 % l’an passé, les ventes atteignent un niveau record en janvier 2018. Près de 8 400 nouveaux modèles à double motorisation ont été immatriculés, un chiffre en croissance de 27 % sur un an.
 

A l’automne 2016, le couperet concernant le bonus « écologique » des voitures hybrides tombe : les modèles à faibles émissions (< 110 g de CO2/km) ne bénéficieront plus d’aucune aide directe à l’achat. Après avoir été raboté au fil des ans, le bonus est purement et simplement supprimé au 1er janvier 2017. Ne restent plus que la carte grise offerte ou facturée demi-tarif par les régions et, pour les entreprises, l’exonération partielle de la taxe sur les véhicules de société (TVS). Au même moment, les modèles hybrides rechargeables dotés d’une batterie de plus grande capacité voient leur subvention limitée à 1 000 euros. Avant de définitivement disparaître en 2018.

 

Compétitivité et restrictions

Pour les constructeurs – Toyota et Hyundai en tête –, l’arrêt du bonus hybride arrive trop tôt. Pourtant, le leader mondial de la technologie Hybrid Synergy Drive (HSD) pense que ses véhicules essence-électrique seront rapidement compétitifs par rapport à l’essence ou au diesel. L’aide de 750 euros est d’abord compensée par les concessions avant que les nombreux épisodes de pollution atmosphérique et l’instauration progressive des restrictions de circulation – via le certificat sur la qualité de l’air CRIT’Air – ne mettent en exergue les qualités des modèles proposés.

 

5,33 % de part de marché en janvier

L’an passé, les ventes hybrides ont progressé de 40 % avec 81 547 mises à la route parmi lesquelles 11 868 hybrides rechargeables et la part de marché s’est établie à 3,86 %. En ce début d’année, le nombre d’immatriculations a seulement progressé de 27 % sur un an mais le taux de pénétration atteint les 5,33 % sur le marché du véhicule particulier (VP). Un record lié pour partie à la bonne santé des hybrides rechargeables dont les ventes ont doublé sur un an (1 044 unités) mais aussi à l’élargissement de la gamme Toyota.

 

L’électrique en petite forme

En janvier, les électriques ne sont en revanche pas à la fête. Sur un marché du VP en hausse de 2,5 %, les modèles « zéro émission » voient leur taux de pénétration passer de 1,46 % en janvier 2017 à seulement 0,82 % un an plus tard avec 1 286 exemplaires mis à la route. Malgré un généreux bonus de 6 000 euros, le marché reste attentiste. Même la citadine Renault ZOE ne parvient pas à redresser la situation avec ses 633 immatriculations. Loin derrière les 3 204 Toyota Yaris dont l'hybride concentre en moyenne 60 % des ventes.

Fabrice SPATH

Fabrice SPATH

Cofondateur du site, Fabrice roule en électrique la semaine et en hybride rechargeable le week-end. Après être passé par la case ingénierie chez des constructeurs et équipementiers outre-Rhin, il collabore régulièrement avec la rédaction et travaille au développement de la place de marché.