Voiture du futur : Hyundai investira 22 milliards de dollars dans les 5 ans

Publié le 19 février 2018 à 13h00 | La rédaction | 2 minutes

Sur les 5 prochaines années, Hyundai veut investir 22 milliards de dollars dans l'électrification de son catalogue et l'intelligente artificielle

Sur les 5 prochaines années, Hyundai veut investir 22 milliards de dollars dans l'électrification de son catalogue et l'intelligente artificielle

Hyundai Motor Group promet 45 000 embauches et 22 milliards de dollars d'investissements sur 5 ans. Une manne qui profitera notamment au programme d’électrification et à la voiture intelligente mais que beaucoup d’analystes estiment irréaliste.

 

Le groupe Hyundai va embaucher 45 000 personnes et investir près de 22 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années. Une déclaration faite par Kim Dong-yeon, le ministre des Finances de la Corée du Sud, à l’issue d’une rencontre avec les hauts dirigeants de l’entreprise. Cinq nouveaux secteurs d’activité devraient bénéficier prioritairement de la manne financière : la voiture intelligente, l’énergie, la robotique, l’intelligence artificielle, et l’électrification des véhicules.

 

Des promesses irréalistes ?

Une porte-parole de Hyundai a confirmé le plan d'embauche évoqué par Kim Dong-yeon sans donner plus de détails. Elle n’a en revanche fait aucun commentaire sur le montant de l’investissement, mais a toutefois souligné que les déclarations du ministre des Finances ont été discutées au préalable avec la société. De leur côté, certains analystes estiment que les annonces du ministre sont irréalistes et auraient été uniquement faites dans le but de s’attirer les faveurs de l’opinion publique sud-coréenne.

« Hyundai est en train de limiter les heures supplémentaires et cherche d'autres façons de réduire les coûts de son personnel. Je ne pense pas qu'il soit en mesure d'embaucher plus de gens », a ainsi soutenu Kim Yeon-woo, analyste chez Hanyang Securities. Selon lui, les promesses d’embauche pourraient être seulement « un geste » pour donner un coup de pouce à l’actuelle administration sud-coréenne.

 

Du concret en Asie du Sud-est

Pour rappel, plusieurs grandes firmes du pays ont déclaré à l’unisson au mois de mai dernier qu'elles travailleront avec le gouvernement pour créer des emplois et stimuler les investissements. Cela, après que l’administration nouvellement élue ait menacé ouvertement de mettre en place des réformes qui pourraient fortement diminuer la puissance des conglomérats familiaux, ces fameux Chaebol qui continuent de dominer l’économie de la péninsule.

Récemment, Hyundai a par ailleurs déclaré qu'elle allait investir des ressources dans Grab, une société de transport opérant en Asie du Sud-est, alors qu'elle cherche à réduire sa dépendance vis-à-vis du marché chinois. « Les tendances mondiales évoluent rapidement », a déclaré le vice-président du groupe, Chung Eui-sun. « Nous allons embaucher les meilleures compétences dans ces nouvelles organisations et les créer à l'avenir ».