Grand Lyon : 250 bus électriques et à hydrogène à compter de 2020

Publié le 22 septembre 2018 à 11h00 | La rédaction | 3 minutes

A compter de 2020, le Sytral remplacera progressivement sa flotte de bus diesel par des modèles électriques ou à hydrogène

A compter de 2020, le Sytral remplacera progressivement sa flotte de bus diesel par des modèles électriques ou à hydrogène

Le Syndicat mixte des Transports pour le Rhône et l’Agglomération Lyonnaise (Sytral) a récemment présenté son plan d’acquisition de véhicules d’ici à 2025. Très ambitieux, celui-ci prévoit la mise à la route de 250 nouveaux bus à faibles émissions polluantes d’ici à 2025.

Pour le Sytral, l’autorité organisatrice des transports du Grand Lyon, il n’existe plus aucun doute sur le choix de véhicules à adopter. A partir de 2020, 100 % de ses futures acquisitions d’autobus seront à faibles émissions polluantes. Le Sytral anticipe ainsi de cinq ans les obligations d’équipement prévues par la Loi sur la transition énergétique. Adoptée en 2015, celle-ci impose en effet aux autorités organisatrices des transports (AOT) d'acquérir à hauteur de 100 % des véhicules faiblement polluants pour leurs nouveaux achats, mais seulement à partir de 2025.

« Fidèle à sa longue tradition d’innovation, le Sytral a décidé d’adopter une politique ambitieuse en matière de transport propre » s’enthousiasme Fouziya Bouzerda, présidente du Sytral, à l’occasion du point presse consacré à sa nouvelle stratégie d’équipements. Une démarche qui va conduire à la mise sur route de 250 nouveaux bus à faibles émissions polluantes d’ici à 2025 en remplacement d’anciens modèles thermiques, soit « le quart de la flotte actuelle », précise Mme Bouzerda.

En 2025, un bus sur deux en circulation sur la planète sera électrique


200 millions d’euros d’investissement

Le Sytral avait, pour déterminer quels types de véhicules choisir en vue du prochain renouvellement de sa flotte, engagé depuis 2013 de nombreux tests. Suite à ceux-ci, le syndicat des transports de l’agglomération lyonnaise a donc finalement décidé d’acquérir uniquement des véhicules « propres » dès 2020. « On n’achète que des bus propres (…) même si le réseau représente seulement 3 % de la pollution », la responsable de souligner.

200 millions d’euros d’investissement seront consacrés au cours des six prochaines années à ce plan d’équipement. Dès la fin 2020, la ligne C16 reliant Charpennes à la route de Vienne sera la première ligne entièrement exploitée avec des bus électriques rechargeables en dépôt.

« Le choix de cette technologie, déjà expérimentée sur le réseau, impliquera l’adaptation de dépôts de bus afin qu’ils puissent accueillir le matériel nécessaire à la recharge des bus durant la nuit », indique le Sytral, qui va également acquérir une vingtaine de trolleybus nouvelle génération pour équiper la ligne C13, qui passera en trolleybus articulé dès 2020.

En Chine, 11 bus électriques sont mis en circulation toutes les heures


Élargir l’offre de transport à l’hydrogène

« La technologie hydrogène par ailleurs sera expérimentée avec 2 véhicules sur la ligne Zi6 qui relie Jean Macé à Saint-Fons », ajoute le syndicat. Des initiatives grâce auxquelles la métropole lyonnaise espère porter à 80 % les déplacements en transports en commun à faibles émissions, cela à l'horizon 2025. Mais pour l’heure, le Sytral prépare activement le lancement des appels d’offres : « Le choix des constructeurs interviendra dans le courant de l’été 2019 pour une livraison des véhicules à partir de fin 2020. »