Ford défie Trump et produira ses voitures électriques au Mexique

Publié le 08 décembre 2017 à 17h00 | Mathieu PARAIN | 3 minutes

La volte-face du numéro 2 américain ne sera pas au goût du Président Donald Trump dont l'administration tente de renégocier l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA)

La volte-face du numéro 2 américain ne sera pas au goût du Président Donald Trump dont l'administration tente de renégocier l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA)

Le groupe automobile Ford a finalement choisi de ne pas produire ses véhicules électriques sur le territoire américain après avoir clamé le contraire il y a tout juste quelques mois. Un soudain changement de cap qui risque de fortement déplaire en haut lieu.

Volte-face des dirigeants de Ford

Revirement à 180° chez Ford. Le numéro 2 américain de l’automobile a finalement décidé de ne pas produire ses véhicules électriques sur le territoire américain après avoir clamé le contraire il y a juste quelques mois. En lieu et place du site de Flat Rock dans l’Etat du Michigan, la prochaine génération de véhicules électriques et hybrides rechargeables du constructeur sera assemblée au Mexique, a déclaré Jim Farley, un porte-parole du groupe, dans une récente interview accordée au Wall Street Journal.

Ce changement de cap intervient dans un contexte où l'administration Trump tente de renégocier l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) avec le Canada et le Mexique dans l’objectif de mettre en place un nouveau cadre commercial qui, selon elle, doit mieux correspondre aux intérêts américains, notamment en matière de protection des emplois manufacturiers du pays. La décision de Ford risque donc provoquer l’ire du président américain actuel qui a déjà menacé plusieurs fois de taxer lourdement tous les véhicules fabriqués au Mexique importés sur le territoire américain.

Ford C Max Energi

13 modèles seront assemblés au Mexique

Pour Mike Ramsey, analyste automobile chez Gartner, l’initiative de Ford s’inscrit parfaitement dans le cours normal des choses, cela en dépit des intimidations récurrentes de Donald Trump vis-à-vis des patrons de l’industrie automobile. « Si vous vous inquiétez de vos marges sur votre véhicule électrique, déplacer la production au Mexique n'est pas une mauvaise idée », a-t-il ainsi affirmé. Actuellement, les salaires mexicains dépassent rarement 10 dollars de l'heure alors qu’il faut compter en moyenne 29 dollars en passant de l’autre côté de la frontière.

Ford prévoit pour commencer d’assembler un petit modèle utilitaire électrique dans son usine de Cuautitlán situé au nord de l’agglomération de Mexico, dont la mise le marché est prévue en 2020. 12 autres véhicules devraient suivre après ce premier lancement, selon la direction de la compagnie. Pour le moment, Donald Trump n’a pas encore émis le moindre commentaire concernant la volte-face du fabricant.

Si le site national de Flat Rock ne produira donc pas les voitures à très faibles émissions de la marque à l’ovale, il ne sera pas pour autant complètement délaissé. Ford envisage en effet de le transformer en un « centre d’excellence » pour ses voitures autonomes, et prévoit d’y investir pas moins de 900 millions de dollars. La compagnie déclare que 850 emplois seront créés suite à cette injection massive d’argent frais.

Mathieu PARAIN

Mathieu PARAIN

Passionné par les motorisations alternatives et attentif à l’impact des normes d’émissions sur le secteur automobile, Mathieu a débuté sa carrière de journaliste en Suisse avant de rejoindre la place de marché dédiée aux véhicules électriques et hybrides.