Essonne : 100 nouvelles bornes de recharge d’ici le printemps 2018

Publié le 20 décembre 2017 à 17h00 | Fabrice SPATH | 2 minutes

Une Renault ZOE branchée sur une borne de recharge installée sur le parking de l’enseigne Carrefour de Sainte-Geneviève-des-Bois (crédits : ChargeMap)

Une Renault ZOE branchée sur une borne de recharge installée sur le parking de l’enseigne Carrefour de Sainte-Geneviève-des-Bois (crédits : ChargeMap)

Dans le département de l’Essonne, le syndicat mixte Orge-Yvette-Seine va installer 100 nouvelles bornes de recharge pour véhicules électriques et hybrides rechargeables. De type accéléré, l’infrastructure couvrira le territoire de ses 34 collectivités adhérentes et sera opérationnelle au printemps 2018.
 

34 collectivités adhérentes

Encore une bonne nouvelle sur le terrain du déploiement de bornes de recharge publique en région Ile-de-France. Après le Val d’Oise (lire notre article), c’est au tour du département de l’Essonne (91) de se doter d’une nouvelle infrastructure. Piloté par le syndicat mixte Orge-Yvette-Seine (SMOYS) qui a récemment acquis la compétence, le projet concerne le territoire de ses 34 collectivités adhérentes parmi lesquelles la Communauté d’agglomération Paris-Saclay, la Communauté d’agglomération Grand Paris Sud Seine Essonne Sénart, Chilly-Mazarin, Epinay-sur-Orge, Fleury-Mérogis, Grigny, le Plessis-Pâté, Villiers-sur-Orge ou encore Sainte-Geneviève-des-Bois.

Bornes de recharge Essonne

Tarif de 3 euros l’heure

C’est d’ailleurs à Sainte-Geneviève que le SMOYS a symboliquement inauguré début décembre les deux bornes de recharge de son futur réseau. Financé par le syndicat à hauteur de 12 000 euros l’unité, l’infrastructure compte déjà une cinquantaine de bornes opérationnelles. Le réseau exploité par le SMOYS et qui sera pleinement opérationnel d’ici le printemps 2018 permet aux propriétaires de BMW i3, Kia Soul EV, Hyundai IONIQ Electric, Mitsubishi Outlander PHEV, Nissan e-NV200, Renault ZOE ou Volkswagen Golf GTE de faire le plein ou l’appoint d’énergie à raison de 3 euros l’heure.

 

Subvention de 3 200 euros

De type accéléré, l’infrastructure délivre jusqu’à 22 kW de puissance et offre un temps de charge réduit de 2h30 pour récupérer environ 300 km d’autonomie sur une Renault ZOE de nouvelle génération (Z.E. 40). Pour compléter le dispositif, le syndicat a mis en place une subvention de 3 200 euros à destination des collectivités adhérentes pour l’achat d’un véhicule électrique. En prime, une aide de 60 % du prix d’un vélo électrique (plafonnée à 900 euros) leur sera versé. Une manne financière issue de la redevance versée au SMOYS par les cablo-opérateurs.

Fabrice SPATH

Fabrice SPATH

Cofondateur du site, Fabrice roule en électrique la semaine et en hybride rechargeable le week-end. Après être passé par la case ingénierie chez des constructeurs et équipementiers outre-Rhin, il collabore régulièrement avec la rédaction et travaille au développement de la place de marché.