Après le solaire et le stockage, EDF se lance dans l’hydrogène

Publié le 07 juin 2018 à 13h00 | Fabrice SPATH | 2 minutes

En investissant 16 millions d’euros dans le français MCPhy, l’énergéticien EDF s’attaque au marché du stockage et de la mobilité hydrogène

En investissant 16 millions d’euros dans le français MCPhy, l’énergéticien EDF s’attaque au marché du stockage et de la mobilité hydrogène

En investissant 16 millions d’euros au capital du français MCPhy, l’énergéticien EDF s’attaque au marché du stockage et de la mobilité hydrogène. Un concurrent pour Engie dont l'objectif est de profiter du plan stratégique du gouvernement et de diversifier ses activités.


Dans sa quête de diversification, EDF est sur tous les fronts liés aux énergies à faible teneur en carbone : un ambitieux plan solaire, le stockage d’énergie par batteries ou encore la mobilité électrique via sa filiale Sodetrel qui exploite notamment le réseau de bornes de recharge rapide CORRI-DOOR. Dernière annonce réalisée moins d’une semaine après la présentation du plan stratégique par Nicolas Hulot : un investissement d’un montant de 16 millions dans la PME drômoise MCPhy spécialisée dans la fabrication d’électrolyseurs et de solutions de stockage.

 

Hydrogène mobilité et stockage

Et c’est la filiale EDF « Nouveaux Business » qui deviendra le nouvel actionnaire de référence, avec 21,7 % du capital et 20,4 % des droits de vote, une opération qui doit encore être validée par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF). Pour Cédric Lewandowski, directeur exécutif d'EDF en charge de l'innovation, la stratégie et la programmation, « ce partenariat constitue une première étape qui permettra ainsi à EDF d'accélérer son arrivée sur ce nouveau marché en pleine croissance et créateur d'emplois en France et dans le monde ».

 

Diversification et aides publiques

Une opportunité pour l’énergéticien de bénéficier d’une partie des 100 millions d’euros destinés à la filière. Mais aussi de concurrencer Engie sur le marché de l’hydrogène décarboné – via les électrolyseurs alimentés en énergie renouvelable – et d’ajouter la compétence mobilité à sa nouvelle offre en ciblant l’avitaillement des bus, camions et trains équipés d’une pile à combustible. Pour rappel, le gouvernement table sur 100 stations, 200 véhicules lourds et 5 000 utilitaires légers à hydrogène à l’horizon 2023.

Fabrice SPATH

Fabrice SPATH

Cofondateur du site, Fabrice roule en électrique la semaine et en hybride rechargeable le week-end. Après être passé par la case ingénierie chez des constructeurs et équipementiers outre-Rhin, il collabore régulièrement avec la rédaction et travaille au développement de la place de marché.