Voiture électrique : l’Europe manque-t-elle de bornes de recharge ?

Publié le 23 avril 2018 à 21h00 | Fabrice SPATH | 3 minutes

Selon une récente étude, l’Europe ne compte pas assez de bornes de recharge pour véhicules électriques

Selon une récente étude, l’Europe ne compte pas assez de bornes de recharge pour véhicules électriques

Selon une récente étude publiée par l’Agence européenne pour l’environnement (AEE), le Vieux Continent ne compte pas assez de bornes de recharge pour véhicules électriques. Et seul un tiers des pays membres de l’Union s’est doté d’un dispositif de financement destiné à subventionner les nouvelles installations.

 

En février dernier, la Commission européenne décidait de porter plainte contre Malte et la Roumanie auprès de la Cour de Justice de l’Union européenne (UE). Objectif : sanctionner les deux États qui ont jusqu’alors été incapables de finaliser une feuille de route concernant le déploiement d’une infrastructure de charge dédiée aux carburants alternatifs, dont celle destinée aux modèles à batteries rechargeables. Et le dernier rapport publié par l’AEE ne vient que souligner un peu plus les manquements dans ce domaine d’une grande partie des États membres.

 

Faible taux de pénétration

« Même si tous les constructeurs augmentent leur offre d'électriques, nous voyons malheureusement que la pénétration sur le marché de ces véhicules est faible en Europe. Les clients cherchent des alternatives aux diesels et optent souvent pour l'essence ou l'hybride, mais ils ne font pas le saut vers l'électrique de façon massive. Notre nouveau rapport confirme qu'un réseau dense de bornes en Europe est un devoir absolu si l'on veut que les acheteurs adoptent réellement l'électrique », a commenté le secrétaire général de l'ACEA, Erik Jonnaert.

 

Des aides dans un tiers des pays

Une analyse cinglante que ne renierait pas Carlos Tavares, patron du groupe PSA Peugeot Citroën et de l’association européenne des constructeurs automobiles (ACEA). Au salon de Genève le mois dernier, M. Tavares lançait un appel aux États pour qu'ils financent et développent des infrastructures de charge. Une démarche qui était emprunte d’une certaine inquiétude alors même que gouvernements et régulateurs imposent aux industriels de réduire les émissions polluantes de leurs modèles en électrifiant une large partie de leurs catalogues et que seuls un pays sur trois au sein de l’UE subventionne l’installation de bornes de recharge.

 

Objectif : doper les ventes

Parmi les 11 pays qui ont mis en place des mécanismes de cofinancement de ce type d’infrastructure, la France avec son programme Advenir ou encore son dispositif de crédit d’impôt. Complémentaires aux financements de l’Union, ces mécanismes sont supposés densifier les réseaux de charge publics et privés sur l’ensemble du territoire et doper les ventes de modèles rechargeables. Sur les deux premiers mois de l’année, les plus de 47 000 véhicules électriques et hybrides rechargeables nouvellement immatriculés ont représenté une part de marché inférieure à 2 % en Europe.

Fabrice SPATH

Fabrice SPATH

Cofondateur du site, Fabrice roule en électrique la semaine et en hybride rechargeable le week-end. Après être passé par la case ingénierie chez des constructeurs et équipementiers outre-Rhin, il collabore régulièrement avec la rédaction et travaille au développement de la place de marché.