D’ici 2025, le chinois BAIC mise exclusivement sur le véhicule électrique

Publié le 17 décembre 2017 à 19h00 | Mathieu PARAIN | 2 minutes

Sous la menace des quotas, le partenaire de Hyundai et Daimler fait le pari de l’électrique et de l’hybride

Sous la menace des quotas, le partenaire de Hyundai et Daimler fait le pari de l’électrique et de l’hybride

Mis sous pression par les quotas qu’instaurera la Chine pour les véhicules à très faibles émissions polluantes, le constructeur automobile BAIC Motor veut mettre fin à la commercialisation de véhicules à essence commercialisés sous sa propre marque d’ici 2025.

 

Fin de la motorisation thermique

Selon le média chinois China Daily, BAIC envisage de mettre fin aux ventes de voitures équipées de moteurs à combustion interne dans les sept prochaines années. « Notre objectif est d'arrêter à Pékin les ventes de nos propres voitures conventionnelles d'ici 2020 et de mettre fin à leur production et leur commercialisation à l'échelle nationale d'ici 2025 », a déclaré au quotidien le président de BAIC, Xu Heyi, lors de l'inauguration à Pékin d'un nouveau centre dédié à l'innovation énergétique dans l'automobile. S'exprimant lors d'un forum, il a ensuite assuré que le groupe prendrait « des mesures concrètes pour le développement durable et vert » du secteur automobile, selon des propos rapportés mardi par l'agence étatique Chine nouvelle. Une initiative qui entre dans le cadre de l’annonce du gouvernement chinois réalisée en septembre dernier portant sur des quotas stricts en faveur des véhicules électriques et hybrides rechargeables qui entreront en vigueur dès 2019.

BAIC 2025

Une mesure d’incitation pour les constructeurs étrangers

Pékin souhaite en effet que les voitures dites à énergie nouvelle (NEV) représentent au moins un cinquième des ventes en Chine d'ici à 2025. L’objectif étant de réduire la pollution de l'air et de permettre à ses constructeurs de rivaliser avec les géants mondiaux de l'automobile en matière d'innovation. Cette perspective vise surtout à pousser les constructeurs étrangers à créer de nouvelles coentreprises dans le pays afin de doper leur offre de modèles à motorisations alternatives. Rappelons que BAIC produit également des véhicules en partenariat avec le sud-coréen Hyundai Motor et le groupe allemand Daimler, ce dernier étant par ailleurs déjà associé à BYD, le spécialiste chinois de la voiture électrique. D’autres constructeurs souhaitent également investir sur le plus grand marché automobile du monde. Parmi eux, Volkswagen et ses partenaires locaux ont annoncé leur intention d'investir plus de 10 milliards d'euros dans l’Empire du Milieu d'ici 2025 pour le développement de véhicules à très faibles émissions.

Mathieu PARAIN

Mathieu PARAIN

Passionné par les motorisations alternatives et attentif à l’impact des normes d’émissions sur le secteur automobile, Mathieu a débuté sa carrière de journaliste en Suisse avant de rejoindre la place de marché dédiée aux véhicules électriques et hybrides.