Audi Q5 e-tron : un hybride rechargeable avec davantage d’autonomie

Publié le 02 octobre 2018 à 15h00 | La rédaction | 3 minutes

L’Audi Q5 e-tron inaugurera la technologie hybride rechargeable de seconde génération offrant une autonomie électrique accrue

L’Audi Q5 e-tron inaugurera la technologie hybride rechargeable de seconde génération offrant une autonomie électrique accrue

MODÈLE À VENIR - Le constructeur allemand prépare activement le lancement de la version hybride rechargeable du Q5. Animée par une technologie essence-électrique de seconde génération, elle devrait être dévoilée en fin d’année et être commercialisée courant 2019. Une annonce ternie par une nouvelle fraude présumée aux émissions sur laquelle enquête la justice allemande.


Le Q5 sera le premier modèle qui bénéficiera de la nouvelle génération de technologie hybride de la marque aux anneaux entrelacés. Une confidence faite par Siegfried Pint, directeur de la motorisation chez Audi, à nos confères britanniques d’Autocar. Une configuration essence-électrique améliorée qui offrira une autonomie de 20 à 30 % plus élevée par rapport à celle actuellement proposée, que l’on retrouve notamment sur la compacte A3 e-tron Sportback, modèle dont la portée en mode électrique n’excède pas 35 km en conditions réelles d’utilisation.

La version hybride rechargeable du SUV Q5 devrait proposer jusqu’à 65 km d’autonomie lorsqu’elle passe en « zéro émission », selon M. Pint. Aperçue récemment en phase d’essais sur une route américaine, la voiture sera propulsée par un bloc-moteur essence turbocompressé 4 cylindres de 2.0 litres EA888 qui délivre une puissance de 188 ch. Le moteur électrique se chargera d’injecter une puissance supplémentaire de 108 ch.

Essai Audi Q7 e-tron : le choix de l’hybride diesel en Europe (+ photos)

Entre scandale d’émissions et nouveaux lancements

Même si Audi reste discret sur la date de lancement du Q5 e-tron, des sources ont indiqué que le modèle devrait être révélé en fin d’année, un peu plus tard que son rival désigné, le BMW X3 xDrive40e. Les premières livraisons devraient donc avoir lieu début 2019. Par ailleurs, aucune modification majeure ne devrait être apportée quant au design du véhicule, hormis les badges e-tron spécifiques et la trappe de charge installée dans la calandre.

Siegfried Pint a également dévoilé que son groupe se préparait à lancer les variantes e-tron de la grande berline A6 et du crossover compact Q3, qui viendront ainsi s'ajouter à l'A3 et au Q7 déjà disponibles mais temporairement retirés en raison du passage à la norme WLTP. Pour rappel, Audi prévoit la mise sur le marché de 10 modèles hybrides rechargeables d'ici 2025. Des nouveautés qui, toutefois, risquent d’être éclipsées par un nouveau scandale d’émissions du constructeur, scandale qui rappelle l’affaire du Dieselgate ayant coûté jusqu’ici à sa maison-mère Volkswagen plus de 25 milliards de dollars d’amendes.

Dieselgate : la longue descente aux enfers d’Audi

Méthodologie biaisée

Cette nouvelle « affaire » a été révélée par la Wirtschaftswoche. Selon l’hebdomadaire économique, la méthodologie qui a été employée par Audi pour tester ses A3 e-tron Sportback et Q7 e-tron quattro sous-estime systématiquement les émissions de CO2. Le groupe d’Ingolstadt est donc soupçonné d’avoir triché sur les émissions réelles de ses modèles hybrides rechargeables.

Le parquet de Munich collabore activement avec le ministère allemand des Transports (KBA) pour mener l’enquête. Un cadre dirigeant de la maison-mère aurait par ailleurs confié aux enquêteurs que cette fraude concerne également les États-Unis, un pays où le groupe a déjà été lourdement condamné.