Véhicules électriques : "arrogant", Volkswagen échoue à sécuriser son approvisionnement en cobalt

Publié le 16 octobre 2017 à 21h00 | Fabrice SPATH | 2 minutes

Destiné à sécuriser l’approvisionnement en cobalt indispensable à la production de batteries électriques, l’appel d’offres lancé par Volkswagen s’est soldé par un échec

Destiné à sécuriser l’approvisionnement en cobalt indispensable à la production de batteries électriques, l’appel d’offres lancé par Volkswagen s’est soldé par un échec

Lancé le mois dernier par Volkswagen, l’appel d’offres mondial à destination des producteurs de cobalt s’est soldé par un échec. Le groupe allemand cherchait à sécuriser son approvisionnement de ce précieux métal destiné aux batteries de ses futurs véhicules électriques. Qualifiée d’arrogante, la stratégie du Konzern remet temporairement en question ses ambitions sur le marché des véhicules à très faibles émissions.

 

Stratégie d’électrification remise en cause

Volkswagen s’est fait renvoyé dans ses 22 par la filière cobalt. Le numéro deux mondial du secteur automobile a échoué dans sa démarche de sécuriser son approvisionnement de ce métal indispensable à la fabrication des batteries Lithium-Ion pour véhicules électriques et hybrides rechargeables. Lancé en septembre dernier, l’appel d’offres du groupe allemand portait sur une période de 10 ans et exigeait une stabilité des prix sur la période, alors même que le cours du cobalt a progressé de plus de 80 % depuis le début de l’année. Autre condition avancée par le Konzern aux 12 marques : la possibilité de renoncer sans frais à ses engagements si la chimie des batteries venait à employer une moindre quantité de ce précieux métal (lire notre article à ce sujet).

Cobalt voiture électrique 

Démarche incompatible avec les pratiques du secteur minier

Selon des sources proches du dossier interrogées par le Financial Times, la démarche entreprise par Volkswagen a été perçue comme arrogante et incompatible avec les pratiques du secteur minier. Un échec cuisant qui remet temporairement en cause la stratégie d’électrification du groupe. A la veille de l’ouverture du dernier salon de Francfort, l’industriel avait annoncé son ambition d’injecter 20 milliards d’euros dans son plan, de lancer 80 véhicules « zéro émission » en 2025 et d’électrifier 300 de ses modèles d’ici à 2030. La croissance constante de l’autonomie des véhicules électriques conduit au phénomène d’hypertrophie des batteries dont chaque exemplaire emploie une quantité croissante de cobalt. Selon le Financial Times, l’américain Tesla et l’allemand BMW ont également lancé des démarches similaires pour sécuriser leurs approvisionnements en matière première.

 

CAPACITES : sous-produit du cuivre et du nickel, le précieux métal représente environ 8 à 12 kg du poids total d’une batterie Lithium-Ion actuelle (30 à 40 kWh). Avec l’accroissement des capacités destiné à doper l’autonomie des véhicules électriques, cette proportion pourrait doubler dans les prochaines années.

Fabrice SPATH

Fabrice SPATH

Cofondateur du site, Fabrice roule en électrique la semaine et en hybride rechargeable le week-end. Après être passé par la case ingénierie chez des constructeurs et équipementiers outre-Rhin, il collabore régulièrement avec la rédaction et travaille au développement de la place de marché.