Voiture électrique : Toyota et Tesla sont désormais concurrents

Publié le 07 juin 2017 à 15h00 | Mathieu PARAIN | 3 minutes

En vendant ses dernières actions Tesla, le groupe Toyota a définitivement tourné la page de son partenariat avec le californien et se lance dans la bataille de l’électrique

En vendant ses dernières actions Tesla, le groupe Toyota a définitivement tourné la page de son partenariat avec le californien et se lance dans la bataille de l’électrique

Toyota Motor Corp annonce officiellement avoir vendu la totalité de ses parts dans Tesla. La firme de Nagoya détenait environ 3 % des actions du fabricant américain. Cette opération met un terme à la collaboration des deux constructeurs dans le domaine des voitures électriques.

 

Un véhicule électrique et puis s’en va

Alors que l’opération de ventes d’actions a eu lieu à la fin 2016, ce n’est que très récemment que le groupe Toyota a confirmé à la presse qu’il n’avait plus aucune participation dans Tesla. Le porte-parole du groupe nippon, Ryo Sakai, s’explique sur cette décision : « Notre partenariat de développement avec Tesla [dans le domaine de la voiture électrique, NDLR] a pris fin il y a quelque temps déjà, et comme il n'y a pas eu de nouveaux développements sur ce plan, nous avons décidé qu'il était temps de vendre le reste de la participation ». Pour rappel, Toyota avait déjà procédé à une cession d’une partie de ses actions Tesla en 2014.

C’est en 2010 que Tesla et Toyota ont noué des relations industrielles. Le second avait alors pris une participation dans le premier à hauteur de 50 millions de dollars. En contrepartie, celui-ci rachetait à son nouvel actionnaire une usine basée en Californie qui, quelques années plus tard, deviendra l’une de ses plus importantes chaînes d’assemblage aux Etats-Unis.

Au-delà des transactions financières, le but du partenariat était de développer ensemble un SUV électrique. Le modèle aura finalement vu le jour en 2012, mais n’avait pas rencontré le succès escompté. Le Toyota RAV4 EV de seconde génération s’est vendu à moins de 2 500 exemplaires. Un échec retentissant qui a obligé les deux firmes à arrêter la production dès septembre 2014. Le dernier exemplaire du crossover électrique a été commercialisé en avril 2015.

Toyota Prius PHEV

 

Désormais concurrents sur le marché de l’électrique

Au-delà de l’échec commercial du Toyota RAV4 EV, le « divorce » entre Toyota et Tesla pourrait s’expliquer aussi par le fait que les deux entreprises se considèrent depuis peu comme concurrents directs sur le marché des véhicules électriques. Avec le lancement prochain de sa berline large diffusion, le Model 3, Tesla devrait largement conforter son leadership actuel sur ce marché en cas de succès. Or, Toyota est en train d’opérer une réorientation de ses activités dans la mesure où ses projets de voiture à hydrogène ne sont pas concluants. Le groupe a donc a décidé de se lancer également dans la production de masse de voitures électriques après des années d’atermoiement. La confrontation semble ainsi inévitable. La réorientation stratégique de Toyota est apparue au grand jour à la fin 2016 (lire notre article Voiture électrique : Toyota lancera le premier modèle en 2020).

Toyota avait alors choisi de ne plus faire mystère de son objectif, à savoir vendre son premier modèle de voiture électrique à large diffusion en 2020.  Au Japon bien sûr, mais aussi sur des marchés-clés comme la Chine et les Etats-Unis. Après avoir quasiment écrasé la concurrence sur le lucratif marché des voitures hybrides conventionnelles, Toyota compte donc aussi s’affirmer sur celui des véhicules électriques, terrain de chasse de prédilection de Tesla.

Mathieu PARAIN

Mathieu PARAIN

Passionné par les motorisations alternatives et attentif à l’impact des normes d’émissions sur le secteur automobile, Mathieu a débuté sa carrière de journaliste en Suisse avant de rejoindre la place de marché dédiée aux véhicules électriques et hybrides.