Sans argent frais, Tesla mettra la clé sous la porte en août 2018

Publié le 24 novembre 2017 à 11h00 | Mathieu PARAIN | 3 minutes

Si Tesla ne recueille pas 2 milliards de liquidités dans les prochains mois, les analystes de Bloomberg estiment que l’entreprise sera en faillite en août 2018

Si Tesla ne recueille pas 2 milliards de liquidités dans les prochains mois, les analystes de Bloomberg estiment que l’entreprise sera en faillite en août 2018

Sur les douze derniers mois, le spécialiste américain des voitures électriques Tesla a « brûlé » environ 8 000 dollars de liquidités par minute. L’entreprise risque de disparaître si elle ne recueille pas au moins 2 milliards de dollars de capitaux frais d’ici la mi-2018.

 

4,2 milliards de dollars engloutis sur les 12 derniers mois

Selon une analyse réalisée par Bloomberg, le spécialiste américain des véhicules électriques Tesla a brûlé environ 8 000 dollars de liquidités par minute sur les douze derniers mois. Ramené à l'heure, cela représente 480 000 dollars, tandis que sur une année, on atteint 4,2 milliards de dollars. À ce rythme, écrit l’agence basée à Londres, le groupe co-fondé et dirigé par Elon Musk aura épuisé toutes ses réserves financières le 6 août prochain, c’est-à-dire dans neuf mois.

Si les chiffres fournis par les analystes Bloomberg sont spectaculaires et ont de quoi réellement inquiéter les investisseurs, leur projection sur l’avenir à court-terme de Tesla reste en revanche très hypothétique. En effet, leurs calculs supposent que le constructeur californien va, d’une part, continuer son rythme actuel frénétique de dépenses. Ce qui semble être un scénario très improbable, compte-tenu du fait qu’il restera toujours l’option du licenciement économique pour Tesla.

Et d’autre part, ils supposent aussi que les problèmes liés à la production de la berline à large diffusion Model 3, qui sont en grande partie la cause de ces dépenses hors norme, ne seront jamais résolus par la direction de Tesla, qui est donc in fine présumée très incompétente. Ce qui ne semble pas être le cas jusqu’à preuve du contraire.

Tesla Model X 

Sauver par le système de pré-commandes ?

En attendant cette fatidique (et très hypothétique) date du 6 août 2018 qui verra Elon Musk et les siens mettre la clé sous la porte, Tesla continue de grimper en Bourse. En un an, son titre a progressé de 63 %, passant de 195 à 318 dollars, ce qui lui a permis de doubler Ford (48 milliards de dollars) avec une capitalisation de 53 milliards de dollars.

Reste que la firme de Palo Alto a besoin d’une nouvelle infusion de liquidités. Pour cela, M. Musk dispose d’une « botte secrète » qu’il a utilisée à de nombreuses reprises dans le passé : le système de pré-commandes. Cette fois-ci, cette stratégie sera appliquée au nouveau Roadster et au poids-lourd électrique Tesla Semi, dévoilés la semaine dernière sur ses terres californiennes par l’entrepreneur milliardaire. Grâce à ces nouveaux véhicules, M. Musk espère obtenir des avances sur trésorerie, car pour s'offrir le camion ou le Roadster, les clients devront d’abord verser un acompte. Voire la totalité du prix pour une édition limitée Founders Series.

Cette stratégie aura toutefois un impact limité puisqu’elle ne devrait générer « que » quelques centaines de millions de dollars. Pour Kevin Tynan, analyste principal chez Bloomberg Intelligence, le constat est clair : Tesla devra recueillir au moins 2 milliards de dollars de capitaux frais d’ici la mi-2018 si l’entreprise veut poursuivre sa route.

Mathieu PARAIN

Mathieu PARAIN

Passionné par les motorisations alternatives et attentif à l’impact des normes d’émissions sur le secteur automobile, Mathieu a débuté sa carrière de journaliste en Suisse avant de rejoindre la place de marché dédiée aux véhicules électriques et hybrides.