Après la voiture, Tesla se lance dans le camion électrique

Publié le 14 avril 2017 à 12h00 | Fabrice SPATH | 3 minutes

En septembre 2017, Tesla présentera officiellement son premier camion électrique probablement doté d’un système de conduite autonome (crédits : Peisert Design)

En septembre 2017, Tesla présentera officiellement son premier camion électrique probablement doté d’un système de conduite autonome (crédits : Peisert Design)

Annoncé il y a moins d’un an, le camion électrique signé Tesla fera ses débuts en septembre 2017 lors d’une présentation officielle. Au volant de ce nouveau projet, le Français Jérôme Guillen passé par le groupe Daimler.

 

Pluie de nouveautés électriques

Le poids-lourd électrique n’est que la « prochaine étape » sur le chemin de la création d’une gamme complète, « zéro émission » et dotée de la conduite autonome. Dans une série de Tweets postés par Elon Musk sur le réseau social à l’oiseau bleu, le patron de Tesla a confirmé une pluie de nouveautés. Outre la présentation officielle de la familiale Model 3 courant juillet, la firme de Palo Alto travaille au développement d’un pickup concurrent du Ford F-150 (lire notre article par ailleurs) ainsi qu’un camion qui sera dévoilé en septembre prochain. L’idée d’un semi-remorque électrique remonte à juillet 2016 lorsqu’Elon Musk confiait sur le même réseau social que le Français Jérôme Guillen venait d’être nommé à la tête de ce nouveau projet.

 

Réduire les coûts d’exploitation

Transfuge du groupe Daimler où il était en charge du projet Mercedes-Benz Cascadia – un camion doté par la suite d’une conduite autonome –, Jérôme Guillen a rejoint Tesla en 2012. Sa nomination à ce nouveau poste n’avait pas été suivie d’une quelconque annonce au sujet des caractéristiques techniques du futur camion électrique. Et ce jeudi, le patron du constructeur californien n’a pas fourni davantage de détails. Tout juste a-t-il déclaré que le véhicule réduira « de manière significative les coûts liés à son exploitation tout en renforçant sa sécurité ». De là à imaginer que le futur poids-lourd siglé Tesla sera doté d’un système de conduite autonome, il n’y a qu’un pas qu’il est aisé de franchir.

Nikola One : le poids-lourd électrique ouvre la voie du « zéro émission » 

La concurrence dans les starting-blocks

En attendant l’automne prochain, les curieux et autres fans de la marque pourront spéculer sur la taille de la batterie et l’autonomie en les comparant à des modèles déjà présentés ou existants. A l’image du camion électrique dopé à hydrogène de la start-up Nikola Motor qui promet une autonomie de 2 000 km et une pile d’une capacité de 320 kWh. Plus modeste, le Mercedes-Benz eTruck annonce une autonomie réelle de 200 km grâce à une batterie Lithium-Ion de 212 kWh. Hybride rechargeable, le prototype conçu par Scania et Siemens est quant à lui équipé d’un pantographe qui, sur les portions d’autoroutes expérimentales qui en sont dotés, offre une conduite « zéro émission » via des lignes électriques placées au-dessus de la chaussée.

Fabrice SPATH

Fabrice SPATH

Cofondateur du site, Fabrice roule en électrique la semaine et en hybride rechargeable le week-end. Après être passé par la case ingénierie chez des constructeurs et équipementiers outre-Rhin, il collabore régulièrement avec la rédaction et travaille au développement de la place de marché.