Dubaï testera ses taxis volants en conditions réelles fin 2017

Publié le 20 septembre 2017 à 09h00 | La rédaction | 3 minutes

La plus importante ville des Emirats arabes unis testera dès la fin 2017 plusieurs exemplaires du taxi volant à motorisation électrique

La plus importante ville des Emirats arabes unis testera dès la fin 2017 plusieurs exemplaires du taxi volant à motorisation électrique

La société allemande d’aviation Volocopter (anciennement eVolo) a réussi il y a quelques semaines à boucler une nouvelle levée de fonds d’un montant de 25 millions d'euros. Cette année, à Dubaï, elle testera pour la première fois en conditions réelles son drone-taxi, le Volocopter 2X.

 

La voiture volante, bientôt à portée de main du grand public

Volocopter sera-t-elle la première société au monde à mettre à portée de main du grand public le rêve de la voiture volante ? La jeune start-up allemande a, en tout cas, franchi une nouvelle étape en réussissant à boucler une levée de fonds d’un montant de 25 millions d'euros, avec la participation d’investisseurs de renom, à l’instar du groupe Daimler AG (Smart, Mercedes) ou encore de la société Spreadshirt.

De l’argent frais qui devrait permettre à cette firme basée à Karlsruhe de lancer la production en série de son prototype de taxi-volant, situé à mi-chemin entre l'hélicoptère et le drone, et dont les premiers essais en conditions réelles devraient débuter dans le courant du quatrième trimestre 2017, à Dubaï, émirat pétrolier des Emirats Arabes Unis parmi les plus en pointe en matière de transport urbain.

 

Dubaï, à l’avant-garde pour les drone-taxis

Pour l'heure, seule Dubaï a autorisé le biplace électrique à décollage vertical de la société allemande à voler au-dessus d'une zone habitée, dans la perspective du déploiement d'un service de taxi-volant, ce qui n’est pas une grande première pour le riche émirat du Golfe.

En effet, au mois de février de cette année, ses autorités avaient, à la surprise générale, annoncé leur intention de mettre en service des exemplaires du drone-taxi conçu par le fabricant chinois EHang, l’EHang 184. Un appareil de 200 kg capable d’embarquer une seule personne à son bord, et qui se fait par ailleurs piloté à partir d’un centre de contrôle au sol. (lire également Taxi : Dubaï accueille 50 Tesla à conduite autonome).

 

Environ 250 000 euros pour un Volocopter

Selon ses concepteurs, le Volocopter 2X pourrait être commercialisé dès 2018 aux alentours de 250 000 euros. Un prix se voulant accessible et qui devrait accélérer son adoption dans les riches pétromonarchies du Golfe, et ailleurs aussi.

Mark Martin, un consultant en aviation, juge toutefois précipité l’enthousiasme des autorités dubaïotes envers ces nouveaux véhicules électriques volants. « Peut-être que Dubaï avance trop vite et devrait travailler plus étroitement avec les régulateurs américains et européens » soutient cet expert. A Dubaï, « les vents peuvent aller jusqu'à 40-50 nœuds, il y a du sable, il y a du brouillard », met-il en garde. Avant de s’interroger : « Si quelqu'un s'écrase, qui va prendre un drone ? ».