Grâce à Terrafugia, Volvo lancera sa première voiture volante en 2019

Publié le 20 novembre 2017 à 17h00 | La rédaction | 2 minutes

En rachetant la start-up Terrafugia, le groupe Geely-Volvo veut commercialiser sa première voiture volante en 2019 aux Etats-Unis

En rachetant la start-up Terrafugia, le groupe Geely-Volvo veut commercialiser sa première voiture volante en 2019 aux Etats-Unis

La famille Geely, qui compte déjà parmi ses membres le constructeur suédois Volvo ainsi que quelques marques automobiles à l’image de Polestar ou Lotus, ne cesse de s’agrandir. Le géant chinois vient en effet d’acquérir la start-up américaine spécialisée dans les voitures volantes, Terrafugia.

 

Bientôt une « réalité commerciale »

Après avoir fait l’acquisition des marques automobiles Polestar, Lynk&Co, Lotus et Proton, ainsi que des taxis londoniens, le groupe chinois Zhejiang Geely Holding Group – maison-mère du constructeur suédois Volvo – vient de s'offrir la start-up américaine spécialiste des voitures volantes Terrafugia. Il s’agit d’une transaction dont les montants n’ont pas encore été dévoilés, mais qui, selon le géant de l’automobile chinois, aurait déjà reçu toutes les approbations nécessaires auprès des autorités américaines, y compris celle du Comité des investissements étrangers aux États-Unis. L’entente devrait permette à Geely d’acquérir tous les actifs de l’entreprise de l’Etat du Massachusetts dont le siège social et le lieu de production demeureront aux États-Unis. Toutefois, selon la marque, les travaux de R&D se feront aussi bien sur le territoire américain qu’en Chine. Selon Li Shufu, fondateur et président du groupe Geely, « les opérations internationales du groupe et sa feuille de route en matière d'innovation feront de la voiture volante une réalité commerciale ».


 

Un lancement courant 2019

Pour rappel, Terrafugia est une entreprise fondée en 2006 par d'anciens étudiants et des ingénieurs du MIT (Massachusetts Institute of Technology). Elle s’est spécialisée dans le développement et la fabrication de véhicules capables d’évoluer aussi bien sur route que dans les airs. Selon Carl Dietrich, Directeur général du petit constructeur américain, « la voiture volante nous permet de franchir la barrière qui nous permettra d'accéder très rapidement à des zones urbaines densément peuplées, de sorte que l'on puisse passer d'un côté de Shanghai à l'autre en dix minutes, au lieu d'une heure. Cela a un effet catalyseur, cela engendre des entreprises supplémentaires, des industries supplémentaires et permet de créer de nouvelles affaires ». Le premier modèle développé par la start-up baptisé « Transition » devrait être lancé aux États-Unis courant 2019 et son prix de base dépasserait les 355 000 dollars. Un engin qui se place à mi-chemin entre une voiture et un avion dans ses formes et qui a d'ailleurs été officiellement reconnu par la Federal Aviation Administration (FAA) comme un « avion de sport léger ».