Véhicule électrique : le Grand Ouest veut limiter leur impact sur le réseau

Publié le 12 janvier 2018 à 11h00 | Mathieu PARAIN | 3 minutes

La technologie V2G (Vehicle-to-Grid) permet aux conducteurs de véhicules électriques d’être à la fois des consommateurs et des contributeurs.

La technologie V2G (Vehicle-to-Grid) permet aux conducteurs de véhicules électriques d’être à la fois des consommateurs et des contributeurs.

Le groupe nippon Honda a annoncé sa participation au projet français de création de réseaux de distribution électrique intelligents SMILE (Smart Ideas to Link Energies) pour lequel il fournira plusieurs unités de « Power Manager ».

Grand Ouest, Bretagne et Pays de la Loire

Honda a annoncé sa participation au projet SMILE (Smart Ideas to Link Energies) pour lequel il fournira plusieurs unités de « Power Manager ». Il s’agit de bornes de recharge permettant d’intégrer les véhicules à batterie à un réseau électrique. Concrètement, le système proposé par le fabricant japonais, qui repose sur la technologie vehicle-to-grid (V2G), fonctionne en groupant et en distribuant de manière bidirectionnelle l'énergie du réseau, des habitations ou des entreprises équipées de panneaux solaires et des véhicules électriques.

Les « Power Managers » serviront non seulement à la recharge des véhicules, mais permettront aussi de réinjecter l'énergie en surplus contenue dans leurs batteries soit dans le réseau, soit au niveau des infrastructures qui peuvent être donc des maisons individuelles ou des entreprises. Cela essentiellement lors des périodes de pics de consommation. Soutenu par les ministères français de l’industrie et de l’énergie, SMILE vise à créer un vaste réseau électrique via 17 initiatives locales interconnectées dans le Grand Ouest, en Bretagne et dans les Pays de la Loire d'ici 2020.

Honda Power Manager

Collaboration de grande envergure

Le projet réunit par ailleurs pas moins de 177 acteurs du secteur de l’énergie et de l’électricité, dont plusieurs grandes entreprises parmi lesquelles Bouygues Énergie & Services, Delta Dore, GRDF, Orange, Schneider, ou encore Enedis, mais aussi des PME et des PMI, des établissements bancaires et financiers, une vingtaine de collectivités territoriales, et plus de 17 centres de recherche et de formation. L’une des forces de SMILE est donc d’avoir réussi une collaboration de grande envergure entre des acteurs publics et privés.

Pour gérer les transferts d’énergie bidirectionnels, SMILE va s’appuyer sur une plateforme de partage de données baptisé PRIDE (Plateforme Régionale d’Innovation pour les Données d’Energie). PRIDE prévoit de synthétiser et standardiser en un lieu unique les informations disponibles des sous-projets déployés afin de démontrer et d’analyser l’efficacité du déploiement vis-à-vis des objectifs de maîtrise des consommations électriques », explique Bertrand Yeurc’h, le responsable de PRIDE.

Limiter l’impact de la recharge

Le grand enjeu des réseaux de distribution électrique intelligents (Smart Grid) est la maîtrise de la consommation. En raison du basculement de l’offre de transport et de mobilité vers les véhicules électriques, le déploiement d’une infrastructure de charge peut en effet causer à terme un déséquilibre important entre l’offre et la demande d’électricité. La technologie V2G (Vehicle-to-Grid) résout en partie ce problème en permettant aux conducteurs de modèles « zéro émission » d’être à la fois des consommateurs et des contributeurs.

Mathieu PARAIN

Mathieu PARAIN

Passionné par les motorisations alternatives et attentif à l’impact des normes d’émissions sur le secteur automobile, Mathieu a débuté sa carrière de journaliste en Suisse avant de rejoindre la place de marché dédiée aux véhicules électriques et hybrides.