Voiture électrique : 1 000 km d’autonomie grâce à un nouveau design des batteries

Publié le 09 mai 2017 à 06h00 | La rédaction | 3 minutes

Les chercheurs de l’institut allemand Fraunhofer travaillent sur le design d’une nouvelle batterie Lithium-Ion capable d’offrir 1 000 km d’autonomie à un modèle électrique

Les chercheurs de l’institut allemand Fraunhofer travaillent sur le design d’une nouvelle batterie Lithium-Ion capable d’offrir 1 000 km d’autonomie à un modèle électrique

En Allemagne, des chercheurs du Fraunhofer Institute travaillent sur un nouveau design de batterie Lithium qui devrait permettre aux voitures électriques de bénéficier d’une autonomie allant jusqu’à 1 000 km. Les tests en conditions réelles devraient intervenir en 2020.

 

Une autonomie en progression constante

L’autonomie des véhicules électriques reste très souvent considérée comme leur principal point faible comparé à leurs équivalents à motorisations atmosphériques. Si la citadine Citroën C-Zero lancée au début de la décennie n’offre qu’une moyenne de 120 km sur une seule charge, les nouveaux modèles – à l’image des Opel Ampera-e et Renault ZOE – permettent déjà de parcourir plus de 300 km sur un seul plein d’énergie. Cependant, des chercheurs allemands du Fraunhofer Institute for Ceramic Technologies Systems, en partenariat avec ThyssenKrupp System Engineering et IAV Automotove Engineering, entendent révolutionner le stockage d’énergie. Comment ? En mettant au point des batteries capables de permettre aux voitures électriques de rouler jusqu'à 1 000 km.

Autonomie voiture électrique 

Procédé inspiré des piles à combustible

Baptisé EMBATT, le procédé consiste à simplifier au maximum le design des batteries actuelles qui sont en fait composées d’une dizaine de piles lithium. Ce système est à son tour composé d’une centaine de cellules connectées entre elles par des câbles et autres composants qui le rendent encore plus complexe. Mais en s’inspirant des piles à combustible qui utilisent des plaques bipolaires permettant d’empiler les cellules de la batterie l’un par-dessus l’autre, EMBATT remplace la complexité des batteries actuelles par des électrodes bipolaires qui font office de cathode et d’anode.

Cette manière d’emmagasiner l’énergie réduit considérablement la taille du bloc-batterie et autorise un gain considérable d'espace de stockage pour des batteries suffisamment puissantes permettant de rouler 1 000 km. L’équipe en charge du projet a déjà procédé à des essais en laboratoires qui se sont avérés être très concluants et est actuellement en mesure d’annoncer que les tests sur des voitures d’essais devraient être réalisés à partir de 2020. Toutefois, aucune date de mise sur le marché de cette technologie n’a été communiquée par le Fraunhofer Institute.

Voiture électrique : notre TOP 10 en France pour 2017 

COURSE A L’AUTONOMIE : sous les effets conjoints de la baisse constante du coût du kWh de batterie Lithium-Ion et d’une augmentation de la production, les véhicules électriques embarquent des accumulateurs de plus en plus grands. Des piles embarquant donc davantage d’énergie et offrant une autonomie croissante, la palme revenant au californien Tesla qui équipe désormais ses modèles les plus exclusifs d’une batterie développant une capacité de 100 kWh.