Plastic Omnium : la voiture à hydrogène comme relais de croissance

Publié le 22 juin 2017 à 07h00 | La rédaction | 3 minutes

Considérant le secteur comme une opportunité de croissance, l’équipementier français Plastic Omnium va investir dans la voiture à hydrogène

Considérant le secteur comme une opportunité de croissance, l’équipementier français Plastic Omnium va investir dans la voiture à hydrogène

L’équipementier français Plastic Omnium va investir 100 millions d’euros dans la technologie de la pile à combustible. Le lyonnais veut ainsi saisir l’opportunité de croissance liée à la conception et la fabrication de réservoirs pour véhicules à hydrogène.

 

Faire le pari de la technologie de la pile à combustible

Plastic Omnium, un équipementier automobile français basé dans la ville de Lyon, est prêt à investir 100 millions d'euros dans la technologie de la pile à combustible a indiqué son PDG, Laurent Burelle, en marge de l'assemblée générale des actionnaires de la holding de contrôle du groupe, Burelle SA, qui s’est tenue le 2 juin dernier. « C'est une magnifique aventure technologique » a déclaré M. Burelle. « Mais en recherche, c'est autorisé d'échouer » a-t-il aussitôt noté, très prudent.

Comptant parmi les plus grands constructeurs mondiaux de réservoirs à carburant pour l’automobile, Plastic Omnium estime qu’il existe une opportunité de croissance dans la conception et la fabrication de réservoirs spécialement conçus pour contenir de l'hydrogène. Un pari qui semble aller à contre-courant de la tendance actuelle où ce sont plutôt les véhicules électriques à batteries qui tendent de plus en plus à obtenir les faveurs des constructeurs par rapport à ceux carburant à l’hydrogène. M. Burelle a aussi martelé, comme pour rassurer ses actionnaires, que si le nouvel investissement du groupe devait ne pas atteindre les objectifs visés, cela n'aura aucun impact sur les comptes de celui-ci (lire aussi Japon : un objectif de 40 000 véhicules à hydrogène en 2020).

Plastic Omnium hydrogène 

La voiture autonome, une seconde opportunité

Plastic Omnium s’est allié avec Elbit Systems, une firme high-tech israélienne, dans son programme de recherche. Le groupe lyonnais possède une position minoritaire dans leur entreprise commune, PO-Celltech.  Mais « avec une option majoritaire à notre main », a précisé Laurent Burelle. En faisant le choix d’investir dans la pile à combustible, Plastic Omnium sera en concurrence avec des géants de l’industrie automobile, à l’instar de General Motors, BMW et de Honda.

M. Burelle a par ailleurs estimé que la voiture autonome représentait « une opportunité fabuleuse » pour son groupe. Les pare-chocs pourraient disparaître pour être remplacés par « des modules avant et arrière énormes » a-t-il avancé. Avant d’ajouter : « or, on est là pour ça ».

 

Stimuler la capacité d'innovation

Récemment, l'équipementier lyonnais a fait entrer à son comité d'analyse stratégique des membres issus du monde académique pour stimuler sa capacité d'innovation. « Outre les directeurs de la R&D des différentes activités du groupe, ce comité s’ouvre à des personnalités éminentes et internationalement reconnues du monde universitaire et académique, de la recherche et de l'industrie », a-t-il annoncé dans un communiqué.

Parmi les nouveaux membres du comité, Mathias Fink, chercheur mondialement reconnu dans la propagation des ondes et l’imagerie, et Hiroaki Kitano, président du « Systems Biology Institute » à l’Institut de la Science et de la Technologie d’Okinawa, au Japon.