Voiture électrique : face à la chute des ventes, le Danemark relance les aides

Publié le 28 avril 2017 à 15h00 | La rédaction | 3 minutes

Pour relancer le marché des véhicules électriques et hybrides rechargeables, le Danemark s’apprête à les exonérer partiellement de la taxe d’immatriculation

Pour relancer le marché des véhicules électriques et hybrides rechargeables, le Danemark s’apprête à les exonérer partiellement de la taxe d’immatriculation

Inquiet en raison de la baisse du nombre de ventes de véhicules électriques sur son territoire, le gouvernement danois souhaite relancer sa filière. Une nouvelle impulsion qui demeure toutefois timide compte-tenu de l’effondrement du marché des véhicules à très faibles émissions.

 

Le Danemark veut relancer la filière électrique

Seuls 1 300 véhicules à très faibles émissions polluantes ont été vendus au Danemark tout au long de l’année 2016. Une baisse jugée alarmante par le gouvernement danois, lequel a donc récemment décidé de réviser les réglementations concernant les voitures électriques et hybrides rechargeables. Concrètement, l’objectif de Copenhague est de faire baisser de moitié le taux actuel de la taxe d’immatriculation qui pèse sur ce type de véhicules afin d’en diminuer le coût et les rendre ainsi à nouveau attractifs aux yeux des consommateurs danois. Entre décembre 2015 (fin de l'exonération totale de la taxe à l'achat) et janvier 2016, les immatriculations ont ainsi chuté de 1 588 à 68 unités.

 

Taxe d’immatriculation parmi les plus élevées au monde

Pour rappel, le Danemark applique déjà depuis plusieurs années une taxe d’immatriculation qui compte parmi les plus élevées au monde. En effet, pour qu’une voiture y ait le droit de circuler librement, il faut que son propriétaire s’acquitte au préalable d’un montant équivalent à 180 % du prix d’achat de celle-ci. Pour des modèles moins chers, ce taux peut descendre jusqu’à 105 %, soit tout de même plus du double de la valeur du véhicule.

Voiture électrique Danemark 

Des véhicules électriques lourdement taxés

Cette réglementation, qui rend particulièrement prohibitif le coût des voitures à l’achat, s’applique aussi de manière assez paradoxale aux véhicules hybrides et électriques, le Danemark étant pourtant réputé pour être un pays pionnier en matière de politique énergétique propre et de protection de l’environnement. Toutefois, le taux équivaut n’excède pas 40 % soit tout de même près de la moitié du prix d’achat. Avec la nouvelle règle que le gouvernement souhaite prochainement instaurer, ce taux devrait donc être réduit de moitié et passer à 20 %.

Voiture électrique : la fin des aides tuera-t-elle le marché ? 

Une baisse de taux provisoire

Néanmoins, cette politique qui vise la relance de la filière électrique devra être abandonnée dès que l’objectif de faire rouler 5 000 nouvelles voitures électriques entre 2017 et 2018 sur les routes danoises sera atteint, prévient d’ores et déjà le gouvernement danois qui continue de considérer les véhicules hybrides et électriques comme une source de rentrée fiscale importante. Cela signifie que la taxe d’immatriculation des modèles à motorisations alternatives pourrait de nouveau s'élever à son taux actuel, c’est-à-dire à 40 % et ce dès 2019. En 2020, la taxe augmentera à 65 % pour ensuite grimper à 90 % en 2021 avant d’atteindre son taux plein en 2022.