Pour doubler Toyota, Hyundai va produire 1 400 véhicules à hydrogène par an

Publié le 28 juin 2017 à 15h00 | La rédaction | 3 minutes

Pionnier sur le marché des véhicules à hydrogène, Hyundai produira chaque année 1 400 unités de son nouveau modèle à compter de 2018

Pionnier sur le marché des véhicules à hydrogène, Hyundai produira chaque année 1 400 unités de son nouveau modèle à compter de 2018

Hyundai annonce la mise sur le marché d’un nouveau modèle à hydrogène inspiré du concept FE présenté lors du salon de Genève et cela, à partir de l’année prochaine. Objectifs : concurrencer le constructeur japonais Toyota et sa berline Miraï et se préparer à l’émergence de nouveaux marchés porteurs pour les voitures électriques dopées à l’hydrogène.

 

Mettre fin à la domination de Toyota

Depuis la présentation de son concept de voiture électrique équipée d’une pile à combustible lors du dernier salon automobile de Genève, Hyundai n’a plus fait mystère de son souhait de procéder au remplacement de son vieillissant modèle Tucson FCEV (Fuel Cell Electric Vehicle). Récemment, le constructeur sud-coréen a annoncé à la presse de son pays que la production en série de sa nouvelle génération de voitures à hydrogène démarrera l’année prochaine pour une mise sur le marché prévue au mois de février 2018.

Avec l’arrivée de ce nouveau modèle qui devrait reprendre les principaux éléments du concept FE dévoilé en Suisse et sera produit en Corée du Sud à quelque 1 400 unités par an, Hyundai veut se poser comme un concurrent sérieux à Toyota sur le marché du véhicule à hydrogène. Toyota dont le modèle vedette, la berline Miraï, continue de largement dominer le Tucson en termes de vente.

A titre de comparaison, le SUV du « matin calme » s’est vendu à environ 670 exemplaires depuis son lancement en 2013 jusqu’à fin 2016. Tandis que sa rivale nipponne s’est écoulée à près 2 900 exemplaires entre la fin 2014 et la fin 2016. Une situation jugée intenable par la direction de la firme automobile sud-coréenne (découvrez notre essai détaillé du Hyundai Tucson à hydrogène).

Hyundai FE-FC 

Profiter de nouveaux marchés porteurs

Mais au-delà de l’objectif du rééquilibrage des chiffres de vente, Hyundai vise globalement à satisfaire une demande croissante pour les véhicules à pile à combustible sur quelques marchés jugés particulièrement porteurs, non seulement en raison de leur taille, mais surtout pour leurs ambitions à moyen et long terme. La Chine qui s’est donnée pour mission de faire circuler plus de 5 000 nouveaux exemplaires de véhicules à hydrogène d’ici 2020 tout en mettant en place parallèlement un programme de construction de 100 stations de recharge à hydrogène est l’un des pays prioritaires pour le constructeur.

L’Allemagne et la Californie prévoient de leurs côtés d’installer respectivement 400 et 100 stations sur leurs territoires, d’ici 2025 pour la première, et d’ici 2024 pour la seconde. En ce qui concerne la Corée du Sud, marché domestique de Hyundai, le gouvernement de ce pays envisage la construction d’une centaine de points de distribution d’ici 2020. Indispensable au développement du marché, chacune de ces stations coûte environ 2,6 millions de dollars. Un prix élevé qui, associé aux tarifs publics des rares modèles commercialisés supérieurs à 60 000 euros, freine l’expansion de la technologie dans le monde.

Galerie de photos