Norvège : les lourdes électriques seront toujours subventionnées

Publié le 25 novembre 2017 à 15h00 | Mathieu PARAIN | 3 minutes

Proposée il y a un mois en Norvège, la fin des exonérations fiscales pour les véhicules électriques de plus de 2 tonnes a finalement été abandonnée

Proposée il y a un mois en Norvège, la fin des exonérations fiscales pour les véhicules électriques de plus de 2 tonnes a finalement été abandonnée

Le gouvernement norvégien renonce finalement à abolir l’une des exonérations fiscales accordées aux véhicules « zéro émission » pesant plus de 2 000 kg après un intense débat qui a duré plus d’un mois.

 

Compromis budgétaire

Après que le gouvernement norvégien ait annoncé le mois dernier qu'il prévoyait une nouvelle taxe sur les véhicules électriques de plus de deux tonnes, taxe qui semblait ainsi cibler en particulier les berlines de Tesla et qui a d’ailleurs été affublée du nom de « taxe Tesla » pour cette raison, la crainte était grande chez le constructeur automobile américain de voir cet important marché se détourner progressivement de ses modèles au profit de la concurrence. Une inquiétude vraisemblablement dissipée aujourd’hui car le projet fiscal gouvernemental a été enterré, le groupe conservateur à la tête du pays ayant réussi à trouver un compromis budgétaire avec ses alliés de centre droit.

Véhicules électriques Tesla 

Intense débat qui a duré plus d’un mois

« C'est un jour de joie », s'est félicitée Christina Bu, secrétaire générale de l'Association locale du véhicule électrique, très influente en Norvège. Pour rappel, Oslo avait annoncé au mois d’octobre son intention d’abolir l’une des exonérations fiscales accordées aux modèles « zéro émission » pesant plus de 2 000 kg. Siv Jensen, le ministre des Finances, avait alors justifié le bienfondé de cette démarche en arguant que ces lourds autos étaient autant responsables de la dégradation de l’état des routes du pays que les voitures à essence et diesel, et que leurs propriétaires devaient par conséquent être taxés au même niveau que les possesseurs de véhicules thermiques traditionnels. Un intense débat s’en est suivi, qui a donc finalement abouti à l’abandon du projet.

 

Plans dissuasifs pour les véhicules à énergies fossiles

Les voitures tout-électriques représentent actuellement plus de 20 % des nouvelles immatriculations dans ce pays d’Europe du Nord, une part sans équivalent dans le monde. Pour arriver à ce résultat, les pouvoirs publics de la pétromonarchie n’ont pas lésiné sur les mesures d’aides à l’achat, ce qui a rendu aux yeux des consommateurs norvégiens ces véhicules très populaires. En six ans, les ventes de véhicules diesel ont régressé, passant de 90 % à 21 %.

Si les responsables politiques alignent les mesures incitatives, ils prévoient aussi des plans dissuasifs pour les véhicules à énergies fossiles. « Depuis le 1er octobre 2017, le prix du péage urbain pour rentrer dans Oslo a fortement augmenté. Si vous avez un diesel, c'est désormais 5,20 euros », déclare Christina Bu. Pour rappel, la Norvège s'est fixée comme objectif de mettre fin à la vente de voitures neuves à moteur à combustion à l’horizon 2025.

Mathieu PARAIN

Mathieu PARAIN

Passionné par les motorisations alternatives et attentif à l’impact des normes d’émissions sur le secteur automobile, Mathieu a débuté sa carrière de journaliste en Suisse avant de rejoindre la place de marché dédiée aux véhicules électriques et hybrides.