Voiture autonome : à Tokyo, la Nissan LEAF se transforme en robot-taxi

Publié le 06 décembre 2017 à 11h00 | Mathieu PARAIN | 2 minutes

Avec sa Nissan LEAF transformée en robot-taxi, le constructeur revient dans la course aux véhicules autonomes

Avec sa Nissan LEAF transformée en robot-taxi, le constructeur revient dans la course aux véhicules autonomes

En partenariat avec le groupe technologique nippon DeNA, expert en véhicules autonomes, Nissan ambitionne de lancer un service commercial de robot-taxis au Japon à partir de 2020, année des Jeux Olympiques d’été de Tokyo. Le constructeur espère être en mesure de déployer ses véhicules semi-autonomes et tout-électriques avant le démarrage de l’événement sportif.

 

Premiers tests en mars 2018

C’est dans le quartier chic et ultra-moderne de Minato Mirai, situé dans la ville de Yokohama, que les deux sociétés vont démarrer les premiers tests de leurs voitures sans chauffeur au mois de mars 2018, selon un communiqué qu’elles ont rédigé ensemble. Ceux-ci dureront quinze jours et se feront sur route ouverte, mais ils seront toutefois d'une ampleur modeste, avec seulement deux voitures – des berlines compactes LEAF de première génération – mises à disposition des usagers, gratuitement, qui pourront les réserver via une application dédiée.

Selon un porte-parole du groupe Nissan, cette phase d’essais va permettre de « mesurer le degré d’acceptation » du public pour ce nouveau mode de transport urbain. « Pour des raisons réglementaires, précise-t-il toutefois, un chauffeur de sécurité sera obligatoirement présent derrière le volant pendant l'expérience ». « L'idée est d'analyser l'appétit pour cette forme de transport, la réaction des passagers et l'acceptation publique », détaille le cadre.

Nissan LEAF 

Course aux transports autonomes

Outre la possibilité d’effectuer une réservation sur téléphone mobile, les futurs usagers des robots-taxi pourront également sélectionner leur(s) destination(s) via leur smartphone, mais toujours dans le périmètre de l'expérience. Equipés de commandes vocales, les robots-taxis pourront aussi être interpellés afin de suggérer des destinations en fonction des envies des usagers. « On pourra lui demander de trouver un restaurant de pancakes ou un karaoké dans les environs », explique le porte-parole, qui pointe par ailleurs l'enthousiasme de la ville de Yokohama pour cette expérimentation qui, selon lui, devrait doper l'activité commerciale des boutiques environnantes.

Avec cet effort, Nissan compte se replacer dans la course aux transports autonomes, secteur parmi les plus porteurs de l’industrie automobile dans lequel les constructeurs traditionnels doivent maintenant rivaliser avec des firmes high-tech issues de la Silicon Valley. Au Japon, Nissan et DeNA vont notamment se trouver en concurrence sur le marché des véhicules autonomes avec ZMP, une firme spécialisée dans la robotique, qui espère aussi lancer son offre de véhicules autonomes avant les JO de 2020.

 

Galerie de photos

Mathieu PARAIN

Mathieu PARAIN

Passionné par les motorisations alternatives et attentif à l’impact des normes d’émissions sur le secteur automobile, Mathieu a débuté sa carrière de journaliste en Suisse avant de rejoindre la place de marché dédiée aux véhicules électriques et hybrides.