Navette autonome : le bois de Vincennes accueille deux EasyMile EZ10

Publié le 20 novembre 2017 à 21h00 | La rédaction | 2 minutes

Après avoir été testées au cœur de Paris, les navettes autonomes EasyMile investissent pour 6 mois le Bois de Boulogne

Après avoir été testées au cœur de Paris, les navettes autonomes EasyMile investissent pour 6 mois le Bois de Boulogne

La Ville de Paris, la RATP et Île-de-France Mobilités (ex STIF) ont lancé vendredi 17 novembre et pour une durée de 6 mois un nouveau test de navettes autonomes dans le bois de Vincennes.

 

Navettes électriques et semi-autonomes

Après une expérimentation entre les gares de Lyon et d’Austerlitz, une autre à l’esplanade de La Défense, c’est maintenant au tour du bois de Vincennes d’accueillir les navettes électriques et semi-autonomes mises en service par la région Ile-de-France. Pendant 6 mois, deux navettes EasyMile EZ10 12 places, dont 6 assises, vont arpenter les allées du bois du vendredi au dimanche, ainsi que les jours fériés, de 10 heures à 20 heures.

Le test se déroulera entre la station Château de Vincennes (ligne 1) et le parc Floral (Paris 12e) dans un premier temps, avec un arrêt intermédiaire au « Fort Neuf de Vincennes », un trajet qui fait plus de 400 mètres. Si les résultats donnent satisfaction, « une extension progressive » pourrait par la suite être mise en place jusqu’à l’avenue du Tremblay (3 km) puis à la Cartoucherie (4 km), selon Mathieu Dunant, directeur de l’innovation pour le groupe RATP.


 

Vitesse moyenne de 10 km/h sur voie publique protégée

Les navettes circuleront à une vitesse moyenne de 10 km/h sur une voie publique protégée avec des plots en béton pour éviter tout face-à-face avec une voiture. Dans ces véhicules qui ne disposent plus de conducteur, les voyageurs seront néanmoins au contact d’un agent. Une présence imposée par la réglementation actuelle et qui, par ailleurs, procure « un sentiment de confort et de sécurité » aux usagers, toujours selon M. Dunant.

« Cette expérimentation du bois de Vincennes préfigure une vraie ligne de bus », a indiqué pour sa part Stéphane Beaudet, vice-président de la région Ile-de-France en charge des transports. Le déploiement de ces véhicules innovants est l’une des grandes priorités d’Île-de-France Mobilités et est considéré comme le futur de la mobilité au sein d’une région qui couvre à la fois des zones d’emploi et d’habitation denses et des zones plus rurales sur la Grande Couronne.

 

EASYMILE : c’est cette start-up française créée en 2014 par le constructeur Ligier et la société Robosoft, expert en robotique de services, qui est en charge de développer le système de navettes semi-autonomes en cours d’expérimentation sur la région francilienne. L’entreprise emploie une soixantaine d'ingénieurs en R&D et dispose de bureaux aux Etats-Unis, en Allemagne et à Singapour.