MINI électrique : BMW songe à une production allemande

Publié le 22 mars 2017 à 18h00 | La rédaction | 3 minutes

Les effets du Brexit sur les tarifs douaniers pourrait inciter BMW à produire la première MINI électrique en Allemagne

Les effets du Brexit sur les tarifs douaniers pourrait inciter BMW à produire la première MINI électrique en Allemagne

BMW pourrait opter pour l’Allemagne comme futur site de production de la MINI électrique. En cause, les nombreuses incertitudes liées aux conséquences du Brexit, la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne.

 

Une MINI électrique non-britannique

L’automne dernier, la firme à l’hélice confirmait le lancement courant 2019 d’une version 100 % électrique de sa célèbre MINI. Un premier modèle « zéro émission » pour la filiale britannique dont la production pourrait toutefois être délocalisée en Europe continentale. En dehors de l’Allemagne, BMW pourrait aussi transférer la production de la MINI à motorisation électrique aux Pays-Bas où le groupe travaille déjà avec le sous-traitant VDL Nedcar. Les dirigeants du constructeur bavarois affirment en effet que leur choix dépendra en grande partie de l’issue de négociations qu’ils vont bientôt entamer avec le gouvernement britannique.

La décision finale devrait être connue au cours du second semestre 2017. BMW n’exclut toutefois pas que le site historique d’Oxford soit mis à contribution dans la réalisation du futur modèle. Il se pourrait ainsi qu’une partie des éléments de cette MINI reste fabriquée en Angleterre, tandis que d’autres composantes du véhicule seront réalisées ailleurs sur d’autres sites, à Ratisbonne ou à Leipzig.

Mini électrique 

Le Brexit sème le doute

Bien que MINI soit entièrement sous contrôle germanique, BMW continue de fabriquer la majorité des modèles de cette marque au Royaume-Uni, son pays d’origine. Mais la mise en œuvre du Brexit par le gouvernement de Theresa May devrait influer sur la situation actuelle. En sortant de l’Union européenne, le Royaume-Uni ne bénéficiera plus des nombreux privilèges et droits accordés aux pays membres de cette zone en matière d’exportation et de commerce.

En raison des handicaps que cela risque d’entraîner, surtout en ce qui concerne l’aspect douanier, le Royaume-Uni pourrait ne plus offrir toutes les conditions requises pour continuer à être le principal site de production des futurs MINI aux yeux des dirigeants allemands. Le doute pourrait encore plus s’accentuer dans l’esprit de ces derniers si la sortie du Royaume-Uni de l’Union se fait plus d’une manière plus radicale que prévue. Mais il est à noter que ce scénario d’un Brexit « dur » n’est ni souhaité par les pays de l’UE ni par le Royaume-Uni.

Mini : le Countryman adopte l'hybride rechargeable (+ photos) 

HYBRIDE : commercialisé cet été à un tarif encore inconnu, la déclinaison hybride rechargeable du MINI Countryman sera le premier modèle à motorisation « alternative » du constructeur. Héritée du monospace compact BMW 225xe, sa chaîne de traction associe un 3 cylindres essence à un bloc électrique alimenté par une batterie Lithium-Ion offrant une transmission intégrale et une autonomie « zéro émission » d’une trentaine de kilomètres.

Galerie de photos