Véhicules électriques : l’Europe s’apprête à introduire des quotas

Publié le 28 juin 2017 à 09h00 | Fabrice SPATH | 3 minutes

En introduisant des quotas de vente de véhicules électriques, l’Europe souhaite atteindre ses objectifs en matière de réduction des émissions de CO2 liées aux transports

En introduisant des quotas de vente de véhicules électriques, l’Europe souhaite atteindre ses objectifs en matière de réduction des émissions de CO2 liées aux transports

La Commission européenne travaille à la création de quotas de vente de véhicules électriques dans le cadre d’un nouveau paquet de mesures destinées à réduire les émissions de CO2 liées aux transports. Inspiré du modèle californien, cette « loi zéro émission » pourrait être adoptée par le Parlement en cette fin d’année avec l’assentiment de la filière automobile.

 

Respecter les engagements pris lors de la COP21

Touché par le scandale du Dieselgate, le Vieux Continent doit faire oublier les arrangements des constructeurs lors des tests d’homologation et réduire drastiquement les émissions de CO2 du secteur des transports qui, aujourd’hui, sont plus élevées qu’en 1990. Tandis que de nombreux pays à l’image de l’Allemagne, de la Norvège et des Pays-Bas ambitionnent d’interdire la vente de véhicules neufs à motorisations essence ou diesel à l’horizon 2025-2030, l’Europe a jusqu’alors repoussé cet objectif à 2050. Mais sous la pression des engagements pris lors de la COP21 et du lever de bouclier d’un nombre grandissant de métropoles souhaitant lutter contre la pollution atmosphérique, l’exécutif européen réfléchit à la création d’une « loi zéro émission » instaurant des quotas de vente de véhicules électriques.

Voiture électrique 

Une loi zéro émission au Parlement en fin d’année

Interrogé par le site Energate Messenger lors de la conférence Eurelectric rassemblant l’ensemble des industriels de l’énergie qui s’est tenue la semaine passée à Bruxelles, un membre du cercle rapproché du commissaire européen à l’Energie Maros Sefcovic a confié que son cabinet travaille à l’introduction de quotas dans le cadre d’un paquet de mesures destinées à réduire les émissions de CO2 des transports. Une nouvelle loi qui devrait être adoptée avant la fin de l’année par le Parlement européen et qui, selon le secrétaire général de l’AVERE – l’association de référence dans le domaine de la mobilité électrique – Bert Witkamp recevrait l’assentiment des industriels du secteur automobile.

 

Un dispositif inspiré de la Californie et de la Chine

Le système de quotas pourrait s’inspirer du modèle chinois dont le gouvernement a annoncé la mise en place dès l’année prochaine de quotas de vente de véhicules électriques (8 % en 2018, 10 % en 2019 et 12 % en 2020). Un dispositif lui-même basé sur le modèle de l’Etat de Californie qui a introduit sa propre « loi zéro émission » en 1990 pour contraindre les constructeurs à proposer des modèles à motorisations « alternatives » en complément de leurs gammes conventionnelles. Si une telle loi venait à être adoptée puis mise en œuvre en Europe, il s’agirait d’un tournant sans précédent pour le marché de la voiture électrique qui fait l’objet d’un appétit grandissant de la part des industriels.

Fabrice SPATH

Fabrice SPATH

Cofondateur du site, Fabrice roule en électrique la semaine et en hybride rechargeable le week-end. Après être passé par la case ingénierie chez des constructeurs et équipementiers outre-Rhin, il collabore régulièrement avec la rédaction et travaille au développement de la place de marché.