Paris : 1000 scooters électriques en libre-service dès l’été 2016

Publié le 20 janvier 2016 à 19h00 | Mathieu PARAIN | 2 minutes

La start-up Cityscoot concrétise le projet Scootlib’ voulu par la Ville de Paris

La start-up Cityscoot concrétise le projet Scootlib’ voulu par la Ville de Paris

Spécialisée dans la location de scooters électriques en libre-service, la jeune société Cityscoot déploiera 1 000 deux-roues sur Paris d’ici septembre 2016. La location vous en coûtera 20 cents la minute.

 

Plus de 1 000 locations lors de la phase de test

A l’occasion du lancement de la première phase d’expérimentation dans la capitale le 24 juin 2015, le service Cityscoot avait fait sensation. De marque allemande Govecs et uniquement réservés à une poignée de bêta-testeurs, les 50 scooters électriques blancs de la start-up ont fêté leur 1 000e location le 4 décembre dernier. Disponible sur des emplacements réservés aux deux-roues dans des zones de « free floating » déterminées par la société et ses utilisateurs, le service a récemment été étendu.

 

Une mise en service à l’été 2016

Dotés d’une autonomie maximale de 70 km et d’une vitesse de pointe de 50 km/h, les scooters électriques (équivalents 50 cc) peuvent être loués et déposés sur n’importe quel emplacement réservé aux deux-roues de la capitale. A condition que celui-ci se trouve dans une zone de 16 km2 entre Bastille à l’Est, Porte Maillot à l’Ouest, Saint Lazare au Nord et le boulevard Saint Germain au sud. Une zone qui a été récemment élargie au nord de Paris et englobera les boulevards des Maréchaux dès son ouverture au public en juillet prochain.

BMW C evolution : le scooter électrique à l’essai (+ photos)

Pas de station, pas de borne de recharge

A la façon du service d’autopartage car2go, la solution Cityscoot ne dispose d’aucune station comme cela peut être le cas pour Autolib’. Autre innovation : les deux-roues électriques bénéficieront dans les prochains mois d’une batterie additionnelle dont la mission sera de recharger la batterie principale. Avantage : les utilisateurs et l’opérateur n’auront pas à brancher les scooters sur une borne de recharge pour faire le plein, la batterie auxiliaire étant simplement remplacée par des employés de la société lorsque celle-ci sera déchargée.

 

TARIFS : la tarification au quart d’heure (3 euros) sera abandonnée au profit d’une tarification à la minute (20 cents) assortie d’une durée incompressible de 10 minutes.

Mathieu PARAIN

Mathieu PARAIN

Passionné par les motorisations alternatives et attentif à l’impact des normes d’émissions sur le secteur automobile, Mathieu a débuté sa carrière de journaliste en Suisse avant de rejoindre la place de marché dédiée aux véhicules électriques et hybrides.