Japon : un objectif de 40 000 véhicules à hydrogène en 2020

Publié le 09 juin 2017 à 09h00 | La rédaction | 2 minutes

Au Japon, 11 entreprises des secteurs automobile, énergétique et financier ont conclu un protocole d’accord pour favoriser l’installation de stations d’hydrogène

Au Japon, 11 entreprises des secteurs automobile, énergétique et financier ont conclu un protocole d’accord pour favoriser l’installation de stations d’hydrogène

Onze entreprises viennent de conclure un protocole d’accord pour favoriser l’essaimage des stations de distribution d’hydrogène sur le territoire nippon. Quelques fleurons de l’industrie automobile japonaise – dont Nissan et Toyota – font partie des signataires, qui comptent également dans leur rang de grands groupes financiers et énergétiques.

 

40 000 nouveaux véhicules à hydrogène d’ici 2020

Ce protocole d’accord s’inscrit dans le prolongement de la « feuille de route stratégique pour l’hydrogène et les piles à combustible » décidée par le gouvernement japonais l’année dernière. Ce plan prévoit notamment la construction de près de 160 stations publiques de distribution d’hydrogène d’ici 2020. Il vise également la mise sur route d’environ 40 000 nouveaux véhicules à pile à combustible à cet horizon.

Les objectifs visés par les dirigeants politiques sont de taille : le parc japonais de voitures à pile à combustible se limite à l’heure actuelle à quelque 2 000 exemplaires. Quant aux stations de ravitaillement proposant de l’hydrogène, elles sont seulement au nombre de 90 dans un pays qui compte plus de 61 millions de voitures particulières (lire aussi Tokyo : capitale mondiale de la voiture à hydrogène ?).

Voiture à hydrogène 

800 stations de charge à hydrogène d’ici 10 ans

Pour répondre aux attentes fixées par la feuille de route du gouvernement, les entreprises partenaires veulent se doter d’une société commune. Une stratégie qui vise à réduire les coûts, mais surtout, à permettre la création d’un grand nombre de stations de distribution dans un délai serré. Et cela, afin de susciter une réaction en chaîne positive des consommateurs nippons envers ces véhicules.

D’après le Nikkei, l’un des grands quotidiens de référence au Japon, le gouvernement japonais serait actuellement en train de réfléchir à un élargissement des objectifs de la feuille de route. Le Nikkei parle d’un projet de création de 800 nouvelles stations de distribution dans les dix prochaines années. Toujours d’après le journal, les responsables politiques du pays veulent aussi que le parc de véhicules à hydrogène atteigne 800 000 unités d’ici 2030 (découvrez notre essai détaillé de la Toyota Mirai).