Formula E : malgré une disqualification, Buemi remporte l’ePrix de Berlin

Publié le 12 juin 2017 à 07h00 | Mathieu PARAIN | 3 minutes

Si le suédois Felix Rosenqvist (Mahindra Racing) est arrivé en tête de la course, la pénalité infligée pour comportement dangereux a profité à Buemi (Renault e.dams)

Si le suédois Felix Rosenqvist (Mahindra Racing) est arrivé en tête de la course, la pénalité infligée pour comportement dangereux a profité à Buemi (Renault e.dams)

Vainqueur de l’ePrix de Berlin du championnat de Formula E, Sébastien Buemi (Renault e.dams) a remporté la course grâce à une pénalité infligée à Felix Rosenqvist (Mahindra Racing). En deux manches, l’ePrix qui s’est tenu ce week-end sur le tarmac de l’ancien aéroport Tempelhof de la capitale allemande a confirmé Buemi à la tête du championnat, et ce malgré sa disqualification de samedi.

 

Buemi disqualifié sur la première manche

Si le précédent ePrix de Formula E qui s’est tenu à Paris sur un circuit réalisé autour des Invalides n’a offert au public qu’une seule course, celui de Berlin s’est déroulé en deux manches. Samedi, la première a vu le suisse Sébastien Buemi être disqualifié pour ne pas avoir respecté la pression minimale des pneumatiques (1,6 bar). Sur la première monoplace électrique, la pression a atteint un plus bas de 1,46 bar et, sur la seconde, une pression de 1,54 bar.

Une sanction conforme à l’article 25.11 de la réglementation sportive de la Formula E et qui est lourde de conséquences pour le pilote de l’écurie Renault e.dams qui perd 10 points et de son avance sur le dauphin Lucas du Grassi (ABT Schaeffler). Une déception pour le leader du championnat qui a bataillé pour revenir de la 14e place sur la grille de départ – après des qualifications médiocres – à la cinquième position après une belle série de dépassements.

ePrix Berlin Formula E 

Rosenqvist en tête de la seconde course

La seconde manche qui s’est tenue dimanche a cette fois-ci été remportée par le pilote suisse qui a profité d’une pénalité infligée à Felix Rosenqvist. Dès le départ, le pilote de l’écurie Mahindra Racing en tête de la grille a pris la poudre d’escampette pour s’assurer une avance sur Buemi d’environ 1 seconde. Mis sous pression par ce dernier, le suédois a été poussé à la faute à mi-course lors du changement de monoplace. A deux doigts de l’accrochage lorsque Rosenqvist est sorti de son garage et que son coéquipier Nick Heidfeld y rentrait, le premier a reçu une pénalité pour « unsafe release ».

Une sanction dont a directement profité Sébastien Buemi qui a cessé de maintenir la pression sur le leader de la course en 46 tours (soit 2 de plus que la veille). Le suisse remporte donc l’ePrix de Berlin, devant le suédois Rosenqvist et le brésilien Lucas di Grassi. Au classement général, Buemi dispose d’une avance de 32 points sur di Grassi et 71 points sur Rosenqvist :

1. Sébastien Buemi - Renault e.dams
2. Felix Rosenqvist - Mahindra - 7''195
3. Lucas di Grassi - ABT Schaeffler - 10''862
4. Daniel Abt - ABT Schaeffler - 13''631
5. José María López - DS-Virgin - 20''324
6. Jean-Éric Vergne - Techeetah - 20''751
7. Sam Bird - DS-Virgin - 21''959
8. Nicolas Prost - Renault e.dams - 22''155
9. Oliver Turvey - NEXTEV TCR - 34''949
10. Nick Heidfeld - Mahindra - 35''814
11. Antonio Felix da Costa - Andretti - 44''057
12. Nelson Piquet Jr - NEXTEV TCR - 44''439
13. Jérômed'Ambrosio - Penske - 47''336
14. Stéphane Sarrazin - Techeetah - 51''653
15. Tom Dillmann - Venturi - 56''977
16. Adam Carroll - Jaguar - 1'05''426
17. Mitch Evans - Jaguar - 1'07''018
18. Robin Frijns - Andretti - 1'12''083

Mathieu PARAIN

Mathieu PARAIN

Passionné par les motorisations alternatives et attentif à l’impact des normes d’émissions sur le secteur automobile, Mathieu a débuté sa carrière de journaliste en Suisse avant de rejoindre la place de marché dédiée aux véhicules électriques et hybrides.