Pollution : 300 véhicules dotés de capteurs pour mesurer la qualité de l’air

Publié le 02 juin 2017 à 15h00 | La rédaction | 3 minutes

Pour lutter contre la pollution de l’air responsable de 6 500 décès prématurés chaque année sur le Grand Paris, 300 véhicules bardés de capteurs vont sillonner la capitale

Pour lutter contre la pollution de l’air responsable de 6 500 décès prématurés chaque année sur le Grand Paris, 300 véhicules bardés de capteurs vont sillonner la capitale

La maire de Paris, Anne Hidalgo, a récemment dévoilé un nouveau dispositif de mesure de la pollution atmosphérique baptisé Pollutrack. Créé par la société française PlanetWatch24, il permettra d’obtenir une cartographie plus précise de la pollution dans les rues parisiennes et cela en temps réel.

 

300 voitures électriques pour sonder la qualité de l’air

Selon les autorités sanitaires, les particules nocives présentes dans l’atmosphère génèrent environ 6 500 décès prématurés par an à l'échelle du Grand Paris. Face à cet enjeu de santé publique, le système Pollutrack constitue une avancée importante dans la lutte contre les effets néfastes de la pollution sur la santé des habitants de la capitale.

 « Airparif nous donne les informations nécessaires [sur l’état de la pollution de l'air, NDLR] depuis longtemps » a néanmoins souligné Anne Hidalgo, pour rappeler qu’un dispositif de mesure semblable à Pollutrack existe déjà pour Paris et ses environs. Mais, a-t-elle nuancé aussitôt, « les technologies nouvelles vont apporter des éléments supplémentaires. ». Et d’ajouter : « on a besoin de ça pour que nos arguments ne soient plus niés par des gens qui combattent la rationalité. » (découvrez également Pollution : Paris met les constructeurs face à leurs responsabilités).

Concrètement, Pollutrack va effectuer ses mesures grâce à des capteurs installés sur le toit de véhicules qui présentent la particularité de parcourir de façon quasi-permanente les rues de la ville de Paris. Ce sont des utilitaires Renault Kangoo Z.E. et des smart ED à motorisations électriques appartenant au groupe Enedis (ex ERDF) qui ont été choisis pour accueillir les capteurs. 300 voitures vont ainsi sillonner les artères de la capitale française pour sonder l’état de la pollution de l’air.

 

Comparer la pollution d’une rue à l’autre

A terme, Pollutrack permettra d'avoir tous les jours plus d’une centaine de milliers de données sur les arrondissements de Paris et d’offrir la possibilité de comparer la pollution à une échelle inégalée jusqu’à maintenant, c’est-à-dire rue par rue. Pour la mairie de Paris qui cherche à affiner son plan d'action environnemental, l’accès à ce type d’informations paraît capital.

Le dispositif permettra de connaître les carrefours les plus embouteillés, mais aussi les axes où il y a le plus de véhicules diesel et essence. Il pourra également servir à alerter le voisinage si une bouche d’aération installée à côté d'une crèche dégage des polluants, etc. Par ailleurs, les données, qui permettent de compter les particules à hauteur d'homme et non à plusieurs mètres du sol comme c’est le cas actuellement, seront mis à la disposition du public. De son côté, « Airparif est heureux d'accompagner cette initiative », a commenté son président, Jean-Félix Bernard à propos du déploiement du nouveau dispositif anti-pollution.