Dieselgate : Volkswagen se déclare coupable aux Etats-Unis

Publié le 16 mars 2017 à 16h30 | La rédaction | 2 minutes

Le scandale du Dieselgate a mis au jour la mise en place d’un logiciel truqueur sur 11 millions de véhicules diesel dans le monde

Le scandale du Dieselgate a mis au jour la mise en place d’un logiciel truqueur sur 11 millions de véhicules diesel dans le monde

Volkswagen se déclare coupable dans l’affaire des moteurs diesel truqués devant une cour de justice américaine. Le constructeur de Wolfsburg va s’acquitter de 4,3 milliards de dollars suite à ses aveux de culpabilité.

 

Plaider coupable pour mettre fin au scandale

C’est Manfred Doess, l’avocat conseiller principal de Volkswagen, qui a plaidé coupable au nom du groupe le 10 mars 2017. Cette décision du constructeur allemand était largement attendue et ne constitue pas vraiment une surprise. En effet, depuis le début du scandale du Dieselgate, celui-ci n’a visiblement espéré qu’une seule chose : mettre fin définitivement aux multiples accusations de mensonge et de tromperie qui n’en finit pas de ternir sa réputation de probité auprès du public. Avec ces nouveaux aveux, Volkswagen espère enfin tourner l’une des pages les plus douloureuses de son histoire. Du côté des marchés boursiers, les titres Volkswagen sont restés stables, les investisseurs ayant anticipé depuis longtemps la stratégie de défense du groupe aux Etats-Unis.

Dieselgate 

Des milliards versés pour se racheter une conduite

Dans son plaidoyer, Manfred Doess a reconnu que Volkswagen était coupable d’avoir fait obstruction à la justice, de conspiration en vue de commettre une fraude, et aussi d’avoir fait entrer des produits faussement identifiés sur le territoire américain. Selon le porte-parole de Volkswagen, rapporté par l’agence Reuters, c’est la première fois qu’une société plaide coupable de conduite criminelle dans plusieurs cours de justice dans le monde. Outre l’amende d’un montant de 4,3 milliards de dollars dont il va devoir s’acquitter, le constructeur a également accepté les nouvelles obligations qui lui ont été imposées, entre autres, celle de collaborer pendant trois ans avec un organisme indépendant pour la vérification de conformité de ses véhicules aux normes américaines.

Pour rappel, Volkswagen a déjà versé près de 25 milliards de dollars aux Etats-Unis. De l’argent à destination non seulement de ses clients lésés, mais également de ses concessionnaires, ainsi qu’aux Etats et aux autorités environnementales américains. A noter que Volkswagen a également accepté de dédommager ses clients canadiens d’un montant de 2,1 milliards de dollars.