A Los Angeles, la BMW i8 se découvre et gagne en efficacité

Publié le 30 novembre 2017 à 07h00 | Mathieu PARAIN | 3 minutes

Au salon de Los Angeles, le coupé sportif hybride rechargeable s’offre une version cabriolet, plus de puissance et une meilleure autonomie

Au salon de Los Angeles, le coupé sportif hybride rechargeable s’offre une version cabriolet, plus de puissance et une meilleure autonomie

Au salon de Los Angeles, la sportive hybride rechargeable BMW i8 enlève le haut. Après s’être faite désirée durant 5 ans, la version Roadster sera commercialisée l’an prochain. Au programme : un toit souple en toile, une mécanique plus puissante et efficiente, une nouvelle batterie offrant une autonomie de 35 km ainsi que plusieurs évolutions esthétiques héritées du coupé restylé pour l’occasion.

 

Toit souple en toile escamotable

Cinq longues années se sont écoulées depuis le Mondial de Paris 2012BMW a dévoilé le concept i8 Spyder. Un cabriolet hybride rechargeable qui aura été devancé par le coupé 2+2 lancé en 2014. La sportive à motorisation hybride rechargeable, véritable OVNI roulant – tant pour son style que pour sa mécanique –, adopte un toit souple en toile escamotable en seulement 15 secondes (jusqu’à la vitesse de 50 km/h). Une option qui a contraint les ingénieurs à rigidifier la caisse posée sur le même châssis en aluminium renforcé de fibres de carbone. Résultat : un embonpoint de 60 kg mais une rigidité équivalente au coupé, indispensable aux prétentions sportives du véhicule (poids total de 1595 kg).

 

Evolutions esthétiques mineures

Privée des deux places arrière d’appoint, la BMW i8 Roadster compense ce défaut par un volume de coffre supérieur à la version coupé. L’espace de chargement de 180 litres compte 26 litres de plus que sa cousine. En lieu et place des sièges arrière ont été implantés une vitre de 30 cm qui joue le rôle de coupe-vent et d’anti-remous. Esthétiquement, le cabriolet est très proche du coupé et, à l’image du restylage de ce dernier, adopte une nouvelle face avant et des entrées d’air supplémentaires, un dessin des flancs retravaillé ainsi que des optiques arrière aux formes plus aérodynamiques. Même constat dans l’habitacle où les compteurs se convertissent au digital, le système d’infodivertissement et d’affichage tête haute font peau neuve.

 

Puissance et autonomie en hausse

Pour les initiés, le réel changement – outre le toit escamotable – réside dans l’évolution de sa mécanique. Implanté sur l’essieu avant, le moteur 3 cylindres essence 1,5 l turbo de 231 ch (219 Nm) et le bloc électrique posé sur le train arrière (143 ch et 250 Nm) offre à cette sportive à transmission intégrale une puissance cumulée de 374 ch (362 ch précédemment). Piloté par une boîte automatique à 6 rapports, l’ensemble est alimenté par une nouvelle batterie Lithium-Ion d’une capacité de 11,4 kWh (7,1 kWh précédemment). Un surplus d’énergie dont profite le coupé et qui permet à cette i8 Roadster de parcourir 35 km en mode « zéro émission » (jusqu’à la vitesse de 105 km/h, cycle américain EPA). Rendez-vous est pris l’an prochain en concession pour un tarif avoisinant les 150 000 euros.

Galerie de photos

Mathieu PARAIN

Mathieu PARAIN

Passionné par les motorisations alternatives et attentif à l’impact des normes d’émissions sur le secteur automobile, Mathieu a débuté sa carrière de journaliste en Suisse avant de rejoindre la place de marché dédiée aux véhicules électriques et hybrides.