BMW : la citadine électrique i3 s’offre une version musclée S

Publié le 09 septembre 2017 à 11h00 | La rédaction | 3 minutes

Pour ses 4 ans, la citadine électrique à l’hélice s’offre un discret restylage, quelques menues améliorations et une variante i3s dopée à 184 ch

Pour ses 4 ans, la citadine électrique à l’hélice s’offre un discret restylage, quelques menues améliorations et une variante i3s dopée à 184 ch

Lancée en 2013, la BMW i3 va souffler ses quatre bougies cette année. L’occasion pour le constructeur à l’hélice de lui apporter quelques retouches de mi-carrière. Plus surprenant, le choix d’offrir une déclinaison sportive à sa citadine tout-électrique. Premières informations et images avant leurs présentation au salon de Francfort.

 

Mises à jour discrètes pour la nouvelle BMW i3

Sans grand tam-tam médiatique, la BMW i3 continue au fil des années à enregistrer un beau succès auprès du public. Face à une concurrence de plus en plus agressive, le petit véhicule électrique cherche toutefois un second souffle. Une situation propice à la nouveauté et à l’expérimentation, pourrait-on croire. Il n’en est rien. Chez BMW, on aime cultiver le conservatisme. Un conservatisme justifié par le vieil adage selon lequel on ne change pas une formule qui gagne.

Ainsi, de l’actuelle i3, tout ou presque a été conservé. Ce qui signifie paradoxalement que la nouvelle i3 est tout autant originale dans ses courbes que l’originelle. La seule véritable modification a lieu à l’avant de la voiture où le bouclier abrite désormais, et de série, des feux de jour à LED. La poupe n’a pas changé d’un iota, elle reste la même.

L’habitacle, lui, n’a reçu quasiment aucune modification. On note simplement l'apparition de nouvelles selleries, ainsi que l’introduction d'une interface tactile, devenue standard chez BMW. La mise à jour voit cependant l’arrivée du système BMW Connected+, ce qui renforce les caractéristiques de connectivité de la voiture.

Côté autonomie, avec son pack batteries de 33 kWh, l’i3 restylée ne connait pas d’amélioration par rapport à l’ancienne version. Ce qui permet d’espérer une autonomie réelle de 200 km. Loin des performances de 300 à 400 km de ses concurrentes Opel Ampera-e ou Renault ZOE. Le prolongateur d’autonomie – un moteur bicylindre essence proposé en option – reste au programme. Celui-ci offre environ 120 km d’autonomie supplémentaire à la nouvelle i3.

 

Puissance de 184 chevaux pour la musclée BMW i3s

Aux côtés de la version restylée, le constructeur munichois propose une déclinaison sportive de l’i3, baptisée i3s. Cette dernière profite d’un gain de 14 chevaux, pour atteindre 184 chevaux, ainsi que d’un couple revu à la hausse à 270 Nm. Une chaîne de traction plus puissante par rapport à l’i3 standard (170 chevaux/250Nm) et qui permet à la citadine dopée de réaliser le 0 à 100 km/h en 6,9 secondes (contre 7,3 secondes pour l’i3). Mais aussi de gagner en vitesse de pointe : 160 km/h pour l’i3s contre 150 km/h pour l’i3 version standard.

La BMW i3s vient asseoir ses performances sur un châssis révisé : jantes de 20 pouces, voies élargies de 40 mm et hauteur de caisse abaissée de 10 mm. Utilisant la même batterie de 33 kWh que l’i3 standard, l’i3s revendique une autonomie de 235 à 245 km en cycle WLTP, remplaçant l’irréaliste NEDC depuis quelques semaines. Quant à l’autonomie en usage réel, BMW l’estime à 200 km environ, soit la même que celle de l’i3 conventionnelle.

L’i3 et l’i3s sont actuellement visibles au salon de Francfort (12 au 24 septembre 2017). Les prix de ces deux modèles « zéro émission » seront connus à une date ultérieure.

Galerie de photos