Voiture électrique : Swatch veut concurrencer Tesla dès 2017

Publié le 23 novembre 2015 à 15h30 | Fabrice SPATH | 3 minutes

Produite dans le nord de la Suisse à compter de juillet 2016, la super batterie du groupe Swatch sera intégrée à un premier modèle électrique dès 2017

Produite dans le nord de la Suisse à compter de juillet 2016, la super batterie du groupe Swatch sera intégrée à un premier modèle électrique dès 2017

Le groupe horloger suisse Swatch va produire en grande série une batterie Lithium-Ion destinée à concurrencer celle développée par le californien Tesla Motors. L’industriel helvète promet un temps de charge divisé par deux ainsi qu’une densité énergétique 30 % supérieure à celle affichée par l’accumulateur de l’américain.

 

Une batterie plus compacte, plus sûre et plus puissante

Aux Etats-Unis, Tesla Motors associé au japonais Panasonic fait sortir de terre une immense usine au Nevada dont le seul but sera de produire des batteries. Deux types d’application sont attendus : les véhicules électriques premium du constructeur ainsi que le stockage résidentiel d’énergie (Powerwall). En Europe, le suisse Swatch vient d’annoncer son ambition de faire mieux que le californien. Spécialisé dans l’industrie horlogère, l’industriel suisse a fait concevoir par son bureau d’études Belenos une super batterie dont l’une des caractéristiques est de posséder une densité énergétique supérieure de 30 % à celle développée par l’alliance Tesla-Panasonic. Selon la firme de Bienne (canton de Berne), cet accumulateur révolutionnaire offrirait près de 800 km d’autonomie sur une seule charge (contre 530 km chez Tesla).

 

Une mise en production dès juillet 2016 via la filiale Renata

Interrogé par le quotidien économique suisse Handelszeitung, Nick Hayek – l’actuel patron du groupe Swatch – a promis que sa batterie serait plus compacte, plus sûre et plus puissante que celle de la concurrence. Pour étayer ses arguments, M. Hayek a avancé qu’un pack batterie ne pèserait que 350 kg (contre 530 kg chez Tesla) pour une taille comparable et que la membrane séparant l'anode et la cathode n’est pas liquide mais solide, une spécificité réduisant le risque d'explosion lors d’une collision. D’autre part, le groupe assure que la charge de sa batterie nécessiterait deux fois moins de temps que son homologue américaine. Pour rappel, une batterie d’une capacité de 85 kWh installée sur la berline Model S se recharge à 50 % en 35 minutes environ sur un Supercharger délivrant une puissance de 120 kW. Enfin, la production de cette super batterie sera assurée dès juillet 2016 par le groupe Swatch via sa filiale Renata. Basé dans le canton de Bâle Campagne, son principal site produit quotidiennement 800 000 piles et autres batteries.

 

LE BON TIMING : si le père Nicolas Hayek a échoué dans le domaine automobile via le projet Swatch Mercedes Art car (smart) créé en 1994 puis intégralement rachetée par le groupe Daimler, le fils Nick Hayek estime que le retour de la firme horlogère sur ce créneau répond à un calendrier adapté. Selon lui, le scandale Volkswagen portant sur les émissions polluantes de moteurs thermiques offre une opportunité sans précédent à la voiture électrique.

Fabrice SPATH

Fabrice SPATH

Cofondateur du site, Fabrice roule en électrique la semaine et en hybride rechargeable le week-end. Après être passé par la case ingénierie chez des constructeurs et équipementiers outre-Rhin, il collabore régulièrement avec la rédaction et travaille au développement de la place de marché.