24 Heures du Mans : une technologie hybride à fiabiliser

Publié le 18 juin 2017 à 19h00 | Fabrice SPATH | 3 minutes

En cette édition 2017, Porsche et Toyota ont engagé 5 prototypes hybrides dont seuls 2 ont franchi la ligne d’arrivée

En cette édition 2017, Porsche et Toyota ont engagé 5 prototypes hybrides dont seuls 2 ont franchi la ligne d’arrivée

La 85e édition des mythiques 24 Heures du Mans a été remportée par la Porsche n°2 de Bamber-Bernhardt-Hartley au terme d’une course marquée par de nombreux rebondissements. Classée neuvième, la Toyota n°8 est la seule des trois LMP1 engagées par le constructeur cette année à franchir la ligne d’arrivée.

 

Toyota leader la première moitié de la course

L’écurie Toyota est-elle maudite ? A en croire les résultats des dernières 24 Heures du Mans, le sort s’acharne sur le constructeur japonais qui espérait cette année s’imposer après l’annonce par Audi fin 2016 de son retrait de la célèbre course d’endurance. Après une édition 2016 où son véhicule a dû abandonner à quelques minutes de l’arrivée, les trois LMP1 (Le Mans prototype 1) engagés ce week-end ont souffert de soucis techniques. Pourtant en tête durant la première moitié de la course, la Toyota n°7 (Sarazin-Conway-Kobayashi) a dû abandonner pour un double problème d’embrayage et boîte de vitesses. Moins d’une demi-heure plus tard, ce fut au tour de la Toyota n°9 (Lapierre-Lopez-Kunimoto) de rendre les armes après un accrochage avec une LMP2.

Toyota Le Mans 2017 

Fiabilité et accrochage pour les Toyota

Au cœur de la nuit, Toyota s’était déjà fait une raison de voir la victoire lui échapper. Mais c’était sans compter la malédiction de l’écurie lorsque sa numéro 8 (Buemi-Davidson-Nakajima) a dû être arrêtée durant 2 heures pour un problème sur sa motorisation hybride. Malgré les excellents chronos réalisés par Sébastien Buemi au matin, Toyota n’a pu rattraper son retard sur Porsche. Pour autant, les choses n’ont pas été simples pour l’écurie allemande qui avait engagée cette année deux véhicules hybrides. La Porsche n°2 pilotée par le trio Jani-Lotterer-Tandy a dû elle aussi abandonner pour un problème son moteur hybride tandis que la n°1 est restée immobilisée au stand pendant 1 heure pour un souci sur la traction avant (pour aller plus loin, lire notre article 24h du Mans : 5 véhicules hybrides pour l'édition 2017).

 

Porsche victorieux malgré l’abandon de la n°2

Des abandons et difficultés techniques qui ont profité à la catégorie inférieure LMP2 et surtout à l’Oreca-Gibson de l’écurie Jackie Chan DC Racing. Pilotée alors par le jeune français (19 ans) Thomas Laurent, la n°38 a occupé la première place. Avant d’être doublée par la Porsche n°1 qui, avec des ravitaillements moins fréquents (12 à 13 tours vs 10 tours pour l’Oreca) et des tours plus rapides (une dizaine de secondes), s’est envolée vers la victoire. La firme de Zuffenhausen remporte donc non sans difficultés la 85e édition des 24 Heures du Mans, devant l’Oreca n° 38 et l’Oreca n°13 de l’écurie Vaillante Rebellion. La dernière Toyota en course n’a pas réussi à monter sur le podium, se classant 9e. Rendez-vous dans un an pour fiabiliser la motorisation hybride des deux constructeurs et admirer une nouvelle confrontation.

Fabrice SPATH

Fabrice SPATH

Cofondateur du site, Fabrice roule en électrique la semaine et en hybride rechargeable le week-end. Après être passé par la case ingénierie chez des constructeurs et équipementiers outre-Rhin, il collabore régulièrement avec la rédaction et travaille au développement de la place de marché.